Chronique des matières premières

La viande de porc n'a jamais été aussi chère en Chine

Audio 01:47
Dans une ferme de Taizhou, dans la province du Jiangsu, en Chine.
Dans une ferme de Taizhou, dans la province du Jiangsu, en Chine. Gu Jun/ChinaFotoPress/Getty Images

Voilà une denrée qui fait grimper l'indice des prix à la consommation sur lequel les autorités chinoises ont les yeux rivés : le porc. Viande largement préférée des Chinois, son prix a pratiquement doublé par rapport à la même période l'an dernier.

Publicité

A près de 28 yuan soit trois euros le kilo, on a dépassé de 2 yuan le record historique du printemps 2008. Comme il y a trois ans, on retrouve des causes similaires à cette envolée : les prix très bas du porc en 2010 avaient découragé les éleveurs de poursuivre dans cette activité. Le gel de l'hiver dernier a ensuite décimé des élevages déjà réduits, puis la peste porcine en début d'année a définitivement créé une pénurie de porcelets.

Enfin le prix du maïs, pour les engraisser, s'est mis, on le sait, à grimper sur la base des mauvais rendements annoncés aux Etats-Unis, puis en Chine même. Le record des prix de la céréale en mars dernier, on le retrouve aujourd'hui dans l'augmentation des prix du porc, plus 5% en une semaine, plus 25% en un mois et demi.

Si les prix du porc en Chine ont dépassé ceux de 2008, en revanche, les profits des éleveurs se sont réduits, ils doivent non seulement affronter des dépenses de nourriture animale moitié plus importantes depuis janvier, mais aussi des augmentations de salaires de 20%, et des factures d'électricité, d'eau et de transport en hausse. Mais on soupçonne parfois certains de ne pas mettre sur le marché toutes les bêtes dont ils disposeraient, dans l'attente de meilleurs prix encore.

Dans ces conditions, difficile pour le gouvernement de réguler les prix du porc. Il ne peut pas aussi facilement gérer des stocks de bestiaux que des stocks de céréales ou d'huile pour calmer les prix sur le marché intérieur. Pékin a d'ailleurs doublé ses importations de maïs au mois de mai dernier, par rapport à 2010. De la même manière, même si c'est une infime partie de ses besoins, la Chine a importé moitié plus de porc, principalement des Etats-Unis, depuis le début de l'année.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail