Revue de presse française

A la Une : la fraude sociale

Audio 04:58

Publicité

Fraudes à la sécurité sociale, aux prestations sociales, ou encore fraude fiscale… Beaucoup de commentaires ce jeudi à propos de ces petites carambouilles qui, mises bout à bout, pèsent lourd dans le budget de l’Etat. C’est Le Parisien hier qui avait ouvert le bal en dévoilant ce chiffre de 3,3 milliards d’euros, nous en parlions à cette même heure. Ce jeudi matin plusieurs quotidiens emboitent le pas.

« La fraude fiscale et sociale, sport national en Grèce ? Sans doute, mais chez nous aussi, cette forme d’incivilité se porte bien, hélas », constate La Voix du Nord.

Plus de 3 milliards : « le chiffre donne le tournis, s’exclame Le Midi Libre. Ce n’est pourtant qu’une goutte dans l’océan des carambouilles… (…) Bien sûr, il est tentant de stigmatiser les fraudeurs petits bras. Mais ces pratiques sont l’arbre qui cache la forêt, relève le journal. Les fraudes aux cotisations sociales, elles, sont massives. Derrière ces combines, prospère une pieuvre aux multiples ramifications : le travail au noir. Sport national. »

En effet, complète La Croix, « la plus grande part de la fraude sociale est liée au travail non déclaré. Or, pour qu’il y ait des travailleurs au noir, il faut bien qu’il y ait des employeurs au noir. Leur responsabilité à eux aussi doit être mise en cause. (…) Plus largement encore, poursuit La Croix, on ne saurait s’indigner de la fraude sociale sans poser au même niveau la question de la fraude fiscale. Peut-on stigmatiser ceux qui cherchent à bénéficier de tous les recoins de l’assurance-chômage sans s’interroger sur les contribuables qui explorent les paragraphes du code général des impôts en vue de 'défiscaliser' leurs revenus ? », s’interroge le quotidien catholique.

« A bien regarder les moyens accordés au fisc, il est clair que la priorité ne paraît pas donnée à la lutte contre les paradis fiscaux et fraudes fiscales massives des plus fortunés », déplore La Marseillaise.

Salaire maximum !

Les fortunés, justement, ils sont à la Une de Libération… Avec ce grand titre en forme d’acronyme : SMIC, non pas pour Salaire minimum interprofessionnel de croissance, non, SMIC, pour « Salaires maximums infiniment croissants ». Libération s’insurge contre les revenus astronomiques des grands patrons et se demande s’il ne faudrait pas instaurer un salaire maximum… Libération qui donne des exemples : Jean-Paul Agon, le patron de L’Oréal qui gagne 835 fois le Smic ; ou encore Bernard Arnault, LVMH, 759 fois le Smic… « Il y a évidemment de quoi être scandalisé par la constitution de cette néo-oligarchie, inédite dans l’histoire du capitalisme (…), s’exclame Libération. Voyant l’effarement général et les élections arriver, le PS et l’UMP ont mis quelques mesures, quelques mots et gadgets sur la table. Cette prise de conscience discrète et opportuniste fait pourtant l’impasse, estime le journal, sur le seul moyen efficace de lutter contre le phénomène : l’impôt, vecteur d’égalisation, de redistribution et de justice sociale. Une arme, déplore Libération, que la vulgate économique de l’époque a contribué, à grands coups de niche et de bouclier, à fragiliser, émousser, marginaliser. Alors qu’elle n’a jamais été aussi moderne. »

Fichés les Nantais ?

« L’embarrassant fichier du maire PS de Nantes » : c’est le grand titre du Figaro. Le Figaro qui publie cette note signée Jean-Marc Ayrault en 2008, et qui, précise le journal, « invitait les militants socialistes de la ville à recenser ses opposants notoires. » Une note dénichée par l’UMP. « Du pain bénit pour le parti présidentiel, commente Le Figaro, le parti présidentiel qui essaie depuis deux mois de créer la polémique autour du danger que représenteraient les primaires socialistes pour les libertés individuelles et le secret du vote. »

Pendant ce temps, « ça se bouscule à droite… » C’est la Une cette fois du Parisien qui constate « qu’à moins d’un an de l’élection présidentielle, les candidatures se multiplient à droite et centre droit. Au risque de contrarier les plans du président sortant. » En effet, on en est à six… Jean-Louis Borloo, Hervé Morin, François Bayrou, Dominique de Villepin, Nicolas Dupont-Aignan et Christine Boutin. Tous ont fait acte de candidature. Mais, « tous ne seront pas au rendez-vous au printemps prochain, relève Le Parisien. (…) D’ici dix mois, il peut encore se passer beaucoup de choses. »

Enfin, « Airbus bat tous les records de commandes au Bourget », s’exclament Les Echos. Les Echos qui dévoilent que « sauf coup de théâtre, l’avionneur européen devrait signer ce matin avec la compagnie Malaisienne Air Asia la plus importante commande de son histoire, en nombre d’appareils : pas moins de 200 exemplaires de l’Airbus Neo. » Et le quotidien économique a fait les comptes : « au total, Airbus a déjà engrangé en trois jours plus de 700 commandes et options d’achats, pour une valeur totale de 66 milliards d’euros. Boeing est nettement distancé, précisent encore Les Echos, avec 126 commandes. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail