Chronique des matières premières

L’AIE lâche une part de ses stocks stratégiques pour alimenter le marché du pétrole

Audio 01:56
Les pays consommateurs de pétrole vont libérer de leurs stocks l’équivalent de 2 millions de barils par jour pendant un mois.
Les pays consommateurs de pétrole vont libérer de leurs stocks l’équivalent de 2 millions de barils par jour pendant un mois. Getty Images/Photo 24/Brand X Pictures

L'Agence internationale de l'énergie a annoncé jeudi 23 juin que ses pays membres allaient libérer 60 millions de barils de leurs stocks stratégiques de pétrole au cours du mois prochain, pour faire face à la diminution de l'offre libyenne. Cette perspective a brutalement fait chuter les cours du brut.

Publicité

A 106 dollars, le pétrole a perdu 8 dollars en séance à Londres, pendant qu'à New York le cours du brut repassait sous les 90 dollars. Un niveau aussi faible, on ne l'avait plus vu depuis le début du conflit libyen, en février dernier. L'annonce de l'Agence internationale de l'énergie a véritablement surpris les marchés financiers. C'est pourtant la vocation première de l'AIE, qui rassemble depuis 1974 les grands pays consommateurs de pétrole, d'alimenter en urgence le marché chaque fois que les cours flambent, quitte à puiser dans leurs réserves stratégiques. C'est ce qu'ils s'étaient juré après le premier choc pétrolier.

En définitive, ils n'auront agi que trois fois : jedui, lors de l'invasion du Koweït par l'Irak et après le cyclone Katrina dans le golfe du Mexique. Curieusement, l'AIE n'est pas intervenue pour calmer l'envolée des cours du pétrole en 2007-2008 mais c'était avant la crise financière. Aujourd'hui que les pays industrialisés peinent à retrouver la croissance économique, ils estiment urgent de calmer leur facture pétrolière, après l'échec des pays producteurs de pétrole de l'OPEP, au début du mois, à s'accorder sur une hausse de leur offre de brut.

L'Arabie saoudite, premier contributeur de l'OPEP, a beau avoir annoncé qu'elle augmenterait en solo sa production, l'AIE a estimé que son geste, un million de barils supplémentaires par jour, ne suffirait pas à calmer les cours. Ce sont 3,5 millions de barils de pétrole libyen qui font désormais quotidiennement défaut au marché alors que le conflit s'enlise dans ce pays. C'est en outre un pétrole d'une qualité difficile à remplacer par le brut saoudien.

A l'aube des grands déplacements automobiles de l'été, les pays importateurs de l'AIE vont donc libérer l'équivalent de 2 millions de barils par jour de leurs réserves stratégiques. Les premiers contributeurs seront, pour moitié, les Etats-Unis. Ils disposent de stocks de pétrole pleins à ras bord. 20% viendront des pays d'Asie-Pacifique membres de l'AIE à laquelle la Chine n'appartient pas. La France a également annoncé qu'elle allait participer à proportion de sa consommation, soit 2 % de ses réserves stratégiques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail