Littérature sans frontières

1. Zoé Valdès - «Le Paradis du néant»

Audio 19:30
Zoé Valdès.
Zoé Valdès. Jean Marc Gourdon

Invitée : La romancière Zoé Valdès pour son 16ème roman publié en France. Le Paradis du néant, chez J.-C. Lattès.

Publicité

Zoé Valdés vit en France depuis 1995, poète scénariste et romancière, elle vient de publier un roman sur l’exil d’une cubaine qui a fui le « Paradis » de son île, pour Paris et connaît là toutes sortes de péripéties, jusqu’à ce que l’homme qu’elle aime puisse la rejoindre. Ce livre, Le Paradis du néant qui paraît en France chez J.-C. Lattes est une suite logique et intime du livre Le Néant du quotidien paru en France chez Actes, en 1995, puisque l’héroïne revient 17 ans plus tard. Après Le Néant quotidien qui racontait la difficulté des Cubains à vivre sur leur île avec la dictature de Castro, voici Le Paradis du Néant qui narre les difficultés des Cubains à vivre en dehors de leur île, toujours sous la dictature de Castro.

C’est un roman haletant qui se passe principalement à Paris à Miami, New York, Madrid, et Beyrouth. 

Yocandra, l'héroïne, une écrivaine cubaine exilée à Paris, vit dans un immeuble du Marais habité par nombre de ses compatriotes. Elle retrouve les mêmes travers que là-bas : curiosité mal placée, rumeurs qui enflent, espionnage de bas étage... Car, comme les exilés, les taupes s'exportent... Volontairement associable, Yocandra va retrouver une certaine douceur avec l'arrivée de sa mère qu'elle réussit à faire sortir de Cuba. La mère va alors devenir comme une petite fille perdue au milieu de cette grande ville, mais capable de s'adapter à ces nouvelles mœurs avec la facilité d'un enfant. La fille va prendre le rôle de la mère, inquiète à la moindre absence, la raisonnant comme une ado.
 

La narratrice pose un regard sans concession sur Cuba et les Cubains : l'auteure, exilée après la parution de son premier roman, a la dent dure avec le régime de Castro et dénonce les espions envoyés pour surveiller les exilés. Elle restitue très bien cette ambiance à la fois nocive et festive à travers la vie de son immeuble situé au 10 rue Beau treillis. 

Ce roman est une plongée dans une communauté cubaine excentrique de Paris, une immersion dans la paranoïa qui touche les exilés, convaincus qu’ils sont espionnés à distance par Cuba, et... une mise en lumière d'un mal-être grandissant avec le temps : Celui d'avoir fui lâchement sa terre natale.
Le Paradis du Néant parle de l'exil qui n'est pas synonyme de liberté, de bonheur. Car il peut exister un paradis... vide de sens pour les étrangers... Un Paradis du néant. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail