Revue de presse Afrique

A la Une : l’affaire Kieffer

Audio 04:41

Publicité

Annoncés initialement pour mardi ou mercredi de cette semaine qui s’achève, c’est finalement hier qu’ont été connus les résultats du test ADN pratiqué sur le squelette exhumé dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Ce n’est pas celui de Guy-André Kieffer, journaliste franco-canadien disparu à Abidjan en 2004.
« L’expertise ADN est négative », titre sobrement le quotidien gouvernemental Fraternité Matin.

Même concision du journal Le Patriote. « Le squelette exhumé en Côte d’Ivoire n’est pas celui de Kieffer », énonce le quotidien proche du président Alassane Ouattara, qui se contente, ce matin, comme plusieurs de ses confrères, de reproduire une dépêche d’agence, ce qui explique la référence superfétatoire à la « Côte d’ivoire » dans son titre.

La presse ivoirienne indépendante est un peu plus diserte

Ainsi, pour Soir Info, « cette annonce déçoit l’entourage de Guy-André Kieffer qui avait pensé que cette dépouille (…) était bien celle du journaliste ».

Le journal L’Inter, lui, s’enhardit à formuler qu’avec ce squelette exhumé, le juge d’instruction français Ramaël a « ramassé de faux os ».

« Ramaël a encore échoué », enchérit, en Une, L’Intelligent d’Abidjan.

Affaire Kieffer : le mystère « Gorge profonde »

Mais les commentaires les plus virulents, c’est dans Le Nouveau Courrier qu’on peut les lire ce matin. A la veille de la découverte de ce squelette, le journal, en effet, avait publié les dires d’un mystérieux témoin anonyme se prétendant issu des ex-rebelles ivoiriens et s’accusant d’avoir participé à l’enlèvement et au meurtre de Guy-André Kieffer. Baptisé « Gorge profonde » par le journal, cet homme refait surface ce matin dans Le Nouveau Courrier pour accuser le juge français qu’il prétend avoir rencontré à Abidjan. « Ramaël ne joue pas franc-jeu », accuse-t-il dans les colonnes du quotidien.

Pour Le Nouveau Courrier, en tout cas, cette affaire de squelette était un « pur montage médiatique (…) un contrefeu devant les révélations faites par "Gorge profonde" (…) dans le but d’accuser le pouvoir Gbagbo. (…) Il fallait donc détourner l’attention de l’opinion ivoirienne et française sur les investigations de notre journal », fustige Le Nouveau Courrier, qui dénonce les « méthodes étranges du juge Ramaël (…) ainsi que des confidences farfelues (…) des témoignages, contradictoires (…) dont le seul point commun est qu’ils accablaient des proches de Gbagbo et qui ont été présentés comme des avancées dans l’affaire. Avant d’être abandonnés ».

Proche, comme Le Nouveau Courrier, de l’ex-président Laurent Gbagbo, le quotidien Notre Voie lance, lui, la polémique. « Que vont devenir nos confrères proches de Ouattara, martèle-t-il ? Où vont-ils cacher leurs visages, eux qui, sans avoir attendu les résultats du test d’ADN, comme nous l’enseigne notre métier, se sont engouffrés dans des commentaires puérils et désobligeants en soutenant que le squelette (…) était celui de Guy-André Kieffer ? »

Affaire Kieffer : non-dits

Justement, dans la presse proche de la nouvelle majorité ivoirienne, un journal, crânement, n’entend pas s’en laisser compter. Il s’agit de Nord Sud. « Tout est relancé, contrattaque, en effet, le quotidien proche du Premier ministre et ministre de la défense Guillaume Soro, (…) Ce qui venait conforter l’idée qu’il pourrait bien s’agir du journaliste, c’est le fait que l’endroit d’où les restes ont été exhumés est un fief de l’ancien régime de Laurent Gbagbo. Or, toutes les personnes suspectées d’être à la base de la séquestration de Guy-André Kieffer, sont liées au clan de M. Gbagbo. Les plus dithyrambiques parmi les analystes sont allés jusqu’à faire un lien entre le lieu où a été découvert le squelette et l’ancien ministre et cadre du Front populaire ivoirien (FPI), Paul Antoine Bohoun-Bouabré qui est curieusement décédé, mercredi dernier ».

Et, sans le nommer, Nord Sud s’en prend ce matin à un de ses confrères. « Alors que tous attendaient avec impatience, les résultats du test d’Adn, un journal proche de l’ancien régime au pouvoir avait révélé que le squelette (…) ne pouvait pas être celui de Guy-André Kieffer (…) En tentant de démonter, avec promptitude, avant les résultats, la thèse de ceux qui soutenaient que ce sont bien les restes d’un Blanc qui ont été exhumés, les partisans de Laurent Gbagbo donnent les preuves qu’ils en savent plus qu’ils n’ont craché. Ils savent donc où se trouve le journaliste franco-canadien ».

Enfin, dans la sous-région, il n’y a guère ce matin que Guinée Conakry Info qui commente cette affaire de squelette exhumé. « Un flop médiatico-juridique. Une montagne qui accouche d’une souris », lance le site internet guinéen, avant de conclure : « on peut imaginer que les Ivoiriens ne sont pas prêts d’accepter qu’une telle bévue puisse se répéter ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail