Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la Une de la presse hebdomadaire: la perte du «triple A»

Audio 05:10
10 mn

Publicité

La dégradation de la signature de la France par Standard & Poor’s, avec perspectives négatives, alors même que l’agence de notation américaine maintenait le triple A de l’Allemagne, a été confirmée avant-hier par le gouvernement. Le Président Sarkozy « ne pouvait pas imaginer pire vendredi 13. Une vraie scoumoune », lance Le Journal du Dimanche.

La perte du triple A, Le Monde la juge, tout à la fois, comme un « non-événement financier » et comme un « véritable électrochoc politique ». Car si cette dévaluation de la signature française était déjà « dans les cours », comme disent les boursiers, elle « sanctionne sans états d’âme la politique économique française de ces dernières années », estime Le Monde. Mais il y a « plus grave », prédit le journal. La « principale victime » de cette annonce risque d’être l’euro, s’inquiète le quotidien du soir, qui a interrogé le candidat socialiste à la prochaine présidentielle. Pour François Hollande, cette dégradation de la note française « signe l’échec (du) quinquennat » de Nicolas Sarkozy.

Ce matin, dans Le Journal du Dimanche, le candidat socialiste, en déplacement électoral aux Antilles, déclare que « le problème de Sarkozy (…) n’est pas qu’il (ait) perdu cette note, c’est qu’il (ait) perdu la confiance ». Voilà pourquoi, insiste François Hollande, « dans ce moment, il faut redonner confiance, réunir, rassembler. Il y aura des efforts à faire, dit-il. Il faudra qu’ils soient justes, cohérents, constants et calmes ».

Dans le même journal, le Premier ministre lui répond. François Fillon suggère au candidat socialiste de « soumettre son programme électoral à Standard & Poor’s ». Mais tout en regrettant que d’aucun ne fasse pas preuve, dans un tel moment, d’un peu de « solidarité française », le chef du gouvernement ne croit pas qu’il y aura des « conséquences immédiates pour la vie quotidienne des Français ».

En attendant, relève Le Parisien Dimanche, François Fillon « prévoit des ajustements si nécessaires » Le journal évoque le sommet social de mercredi prochain, durant lequel des « mesures inattendues devraient » être annoncées, croit savoir Le Parisien.

Triple A : Sarko héros masqué

Mais, déjà, avant-même la perte du triple A, la presse hebdomadaire faisait, une fois encore, sa Une sur un antihéros, Nicolas Sarkozy. A commencer par la couverture du magazine Le Point, de laquelle Nicolas Sarkozy, en gros plan et de face, les traits tirés mais serein, fixe le lecteur, avec cette mine qu’affichent au cinéma les policiers quand ils interrogent un contrebandier à la douane.

Pourquoi cette photo ? Parce que pour Le Point, le Président nourrit « le complexe de Zorro », le justicier masqué qui triomphe de toutes les situations. Autant dire qu’il en a vu d’autres et qu’il est prêt à en découdre pour « prouver au monde entier (que) Zorro est toujours là ».

Justement. Alors-même que la perte du triple A de la France n’était pas encore connue de la presse hebdomadaire, « Zorro » avait déjà fort à faire avec elle. Ainsi, en Une de Marianne, ce ne sont pas moins de quatorze photos de Nicolas Sarkozy montées sous forme de planche-contact qui illustrent ce titre choc : « L’homme qui a coûté 500 milliards à la France ».

Marianne, en effet, publie des extraits d’un livre-enquête de deux journalistes, Emmanuel Lévy, de Marianne, et Mélanie Delattre, du Point, intitulé « Un quinquennat à 500 milliards» (éd. Mille et une nuits), que Le Point fait également découvrir à ses lecteurs. Pour Marianne, cet ouvrage entend démontrer « qu’à part deux ou trois réformes (comme celle de l’université) à mettre à son crédit, Nicolas Sarkozy fut, au cours de son mandat, un piètre gestionnaire ».

Qu’en pensent les Français ? Ils sont « inquiets », constate Paris Match, qui les a sondés, avant même la publication de ce pamphlet à charge contre la gestion du Président sortant. Mais dans son baromètre Ifop-Fiducial de décembre, le journal observe que Nicolas Sarkozy « mécontente presque les deux tiers des personnes interrogées » tandis que l’opposition, elle, est en « perte de crédibilité ».

Sarko : Zorro, le retour

Pendant ce temps, Nicolas Sarkozy annonçait des projets de réformes en cascade. De la Taxe Tobin, censée grever les transactions financières, à la TVA sociale, en passant par la réforme de l’école, ce fut une pyrotechnie appréciée par Le Figaro Magazine. Le Chef de l’Etat « sature l’espace politique, il vampirise la campagne » électorale. Le Fig Mag voit dans l’activisme de Nicolas Sarkozy l’application du théorème du Général Foch : « Mon centre cède, ma droite recule, situation excellente : j’attaque ! ».

« Quelle fascinante débauche d’énergie ! », admet Le Nouvel Observateur, qui préfère puiser, cette semaine, dans une maxime attribuée à Bonaparte : « Activité, activité, vitesse ». De son « apostasie » sur la Taxe Tobin au reste des annonces, c’est, selon Le Nouvel Obs, « Sarko-ci, Sarko-là ».

Une « avalanche » de projets destinée à « faire oublier un bilan difficile à défendre », sanctionne toutefois le journal, qui observe Nicolas Sarkozy se démener, mais qui estime que « seule l’amnésie des électeurs pourrait le sauver ». Comme dit la chanson, « Zorro est arrivé ». Mais rendre les électeurs amnésiques, Zorro va-t-il y arriver ? C’est toute la question...

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.