Chronique des matières premières

Prix record du mégawatt-heure importé en France

Audio 02:07
Pylone d'életricité à Villejust, dans l'Essonne, en banlieue parisienne.
Pylone d'életricité à Villejust, dans l'Essonne, en banlieue parisienne. Getty Images

C'est la France qui est la plus en sous-capacité électrique depuis quelques jours, en Europe de l'Ouest, et elle le paye cher.

Publicité

Alors que la France s'était mise à exporter du courant en Allemagne depuis l'immobilisation d'une partie du parc nucléaire allemand l'an dernier, elle doit en importer, d'Allemagne et de Grande-Bretagne : le chauffage en France dépend beaucoup de l'électricité, alors qu'il est plus le produit du gaz chez ses voisins. D'où la flambée du MWh livrable dans l'Hexagone depuis une semaine : aujourd'hui jeudi 9 février c'est le record, 370 euros en moyenne, sept fois le prix de la semaine dernière, le double du MWh importé en Allemagne. Avec un pic à 1 938 euros entre 10 et 11h du matin, du jamais vu depuis deux ans et demi.

Ces prix sont fixés la veille pour le lendemain par la bourse de l'électricité Epex-Spot, une filiale des bourses de l'énergie française et allemande Powernext et EEX, qui s'occupe du marché au comptant de l'électricité pour la France, l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse. D'habitude, le prix du MWh est relativement homogène d'un de ces pays à l'autre, depuis que leurs marchés sont couplés via cette bourse de l'électricité. Si le prix du MWh importé est si volatil, d'une heure à l'autre, et d'un pays à l'autre de l'Europe, en ce moment, c'est plus une question d'infrastructures des différents réseaux nationaux que de disponibilité totale de l'énergie en période de consommation maximale.

L'électricité n'est pas stockable, alors hier par exemple, la capacité de transfert entre l'Allemagne et la France était moins importante que la veille, d'où la flambée du prix du MWh livrable en France aujourd'hui. Dans le même temps, le vent a soufflé davantage hier en Allemagne, d'où une quantité de courant d'origine éolienne plus importante, ce qui a diminué les besoins d'importation allemands et donc le prix du Mwh livrable aujourd'hui en Allemagne.

Est-ce la volatilité croissante des prix du Mwh qui l'inquiète ? La Commission européenne a mené mardi dernier une inspection surprise de deux bourses de l'électricité : Epex, dont nous venons de parler, et son équivalent Nordpool pour les pays scandinaves et une partie du Royaume-Uni. Ces deux entités ont conclu une alliance à la fin de l'année dernière pour unifier leurs systèmes de cotation, qui leur permettrait de couvrir la moitié des transactions européennes. Bruxelles, tout en encourageant l'intégration des marchés européens de l'électricité, veut s'assurer qu'un cartel n'est pas en train de se constituer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail