Accéder au contenu principal
Le coq chante

Sauver le lac Tchad

Audio 26:31
Entrée du siège de la Commission du bassin du lac Tchad, à Ndjaména.
Entrée du siège de la Commission du bassin du lac Tchad, à Ndjaména. RFI/Sayouba Traoré
Par : Sayouba Traoré
30 mn

L’affaire est sérieuse. Elle menace directement l’existence de 30 millions de personnes dans 4 pays d’Afrique : Tchad, Cameroun, Nigeria et Niger. Elle concerne indirectement 200 millions de personnes en Afrique de l’Ouest et du Centre. Il s’agit ni plus ni moins de renflouer le lac Tchad. Ancienne mer intérieure s’étendant sur 315 000 km2 au paléolithique, le lac Tchad n’a cessé de se contracter depuis, surtout dans la période récente. 25 000 km2 en 1964, 2500 km2 en 2008 et, plus angoissant, disparition programmée pour 2020.

Publicité

On voit venir un grand désastre qui contient la désertification, l’effondrement de l’agriculture vivrière, de l’élevage et des ressources halieutiques, et pour finir une population condamnée à la famine ou à l’émigration. La parade imaginée par les scientifiques consiste à creuser un canal pour transférer une partie des eaux du fleuve Oubagui dans le Logone Chari afin de réalimenter le lac Tchad.

Invités :
- Moussa Tchitchaou, directeur direction des ressources en eau et de la météorologie
- Walbadet Aïna Appolos, ingénieur hydrologue, direction des ressources en eau et de la météorologie.
- Djékornondé Ngarnadjibé, ingénieur hydrologue
- Général Mahamat Ali Abdallah Nassour, ministre de l’hydraulique urbaine et rurale.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.