Accéder au contenu principal
Le coq chante

Les problèmes d’assainissement à Ndjamena

Audio 26:31
Par : Sayouba Traoré
28 mn

Au Tchad, seuls 12% de la population ont accès à des installations sanitaires améliorées. Les eaux usées sont rarement traitées et sont le plus souvent déversées dans l’environnement, polluant ainsi les rares ressources naturelles existantes. Le pays ne dispose pas d’un système de gestion des ordures. Voilà pour la capitale, Ndjamena.

Publicité

Dans le milieu rural, il y a un manque d’équipement. Et il faut ajouter les mauvaises pratiques des populations, telles que la défécation à l’air libre. Pour faire face à cette terrible réalité, le Tchad a adopté la stratégie de l’Assainissement Total Piloté par les Communautés (ATPC) pour améliorer l’accès des communautés à des équipements améliorés. L’idée de cette ATPC appuyée par l’Unicef, c’est d’amener un village au niveau dit FDAL, c’est-à-dire lorsque chaque famille est dotée d'une latrine équipée d'un dispositif qui limite la prolifération des mouches à partir des fosses.

Invités :
- Djamal Abdel-Nassir Cherif, directeur adjoint de l’approvisionnement en eau potable et assainissement.
- Mustapha Ahmad Abdel-Muhsin, coordonateur eau, assainissement hygiène de la coopération Tchad-Unicef.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.