Priorité santé

1. Cancer de la prostate

Audio 19:31
Ici, un cancer de la prostate. La veinule exprime le récepteur de la FSH (hormone folliculo stimulante). En rouge, les marqueurs tapissent la paroi des vaisseaux.
Ici, un cancer de la prostate. La veinule exprime le récepteur de la FSH (hormone folliculo stimulante). En rouge, les marqueurs tapissent la paroi des vaisseaux. © Nicolae Ghinea/Inserm

Les dernières analyses de l’ERSPC (European randomized screening study for prostate cancer) confirment la baisse de la mortalité de 21 % en cas de dépistage systématique du cancer de la prostate. Cette analyse est le résultat de 11 ans d'évaluation du dépistage. Mais parallèlement, la Haute Autorité de Santé en France ne conseille pas un dépistage systématique. Comment identifier les cancers de faible volume, peu agressifs ? Comment diminuer le « sur-diagnostic » et le « sur-traitement » ? Pour répondre à ces questions, les urologues intensifient leurs actions d’information, de recommandation et d’innovation.

Publicité

Pour en parler :

- Pr Laurent Salomon, professeur des Universités, praticien en Urologie au CHU Henri Mondor de Créteil. Membre de l'Association française d'Urologie et de l'Association Européenne d'Urologie. Responsable du sous comité Prostate au sein du Comité de l'Association Française d'Urologie.

- Dr Édouard Hervé Moby, chirurgien urologue, chef du service d'Urologie à l’Hôpital Laquintinie de Douala. Enseignant à la Faculté de Médecine et des sciences Pharmaceutiques de Douala.

En fin d’émission, nous parlerons de l’étude NutriNet-Santé destinée à mieux comprendre les relations nutrition-santé et les déterminants des comportements alimentaires. Avec Emmanuelle Kesse-Guyot, Epidémiologiste à l’UREN (Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle) au Centre de Recherche en Nutrition Humaine d’Ile de France.

Pour participer à l'étude : Ici

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail