Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

En 2012, le platine va rester en surplus mais le palladium va manquer

Audio 01:57
Cette année, il y aura trop de platine, et pas assez de palladium.
Cette année, il y aura trop de platine, et pas assez de palladium. lrsl.org

Cette année, les membres de la famille des platinoïdes connaîtront un sort différent : il y aura trop de platine et pas assez de palladium pour fournir les industries, principalement la construction automobile.

Publicité

La DS5 de François Hollande, au moteur hybride électrique et diesel, ne sauvera pas le marché du platine ! Pour la septième année consécutive, ce métal précieux, privilégié dans les catalyseurs des voitures diesel pour les rendre moins polluantes, est en surplus : la production dépasse largement la demande. L'an dernier déjà, les besoins de platine avaient progressé mais beaucoup moins que prévu. Le tsunami japonais avait paralysé la construction automobile nippone. Ensuite, les ennuis s'étaient focalisés sur l'Europe, aggravant l'atonie du marché automobile européen. Or, c'est le premier marché mondial pour la voiture diesel, et donc pour l'usage du platine dans les pots d'échappement.

En face, la production de platine atteignait son plus gros volume en quatre ans, en Afrique du Sud, au Zimbabwe et en Amérique du Nord, augmentée par l'offre de recyclage. Au point que les prix du platine s'étaient, à la fin de l'année dernière, repliés sous les cours de l'or. Du jamais vu, qui avait encouragé les Chinois à préférer aux bijoux en or les ornements de platine.

Cette année, le surplus va persister. Il sera moindre parce que la production minière va décliner, perturbée pour des raisons de sécurité dans les mines ultra-profondes d'Afrique du Sud ; elle est aussi ralentie par les groupes miniers confrontés à des coûts élevés. La construction automobile va aussi reprendre au Japon, mais en Europe, non. Malgré l'entrée en vigueur de législations anti-pollution plus sévères, la demande pour les catalyseurs va stagner. Les besoins des autres industries consommatrices de platine, fibre de verre et autres écrans à cristaux liquides devraient même refluer cette année.

Enfin, la substitution du platine par le palladium, quatre fois moins cher, va également se poursuivre. En 2012, c'est donc le palladium, petit frère du platine, qui tirera le mieux son épingle du jeu. Majoritairement utilisé dans les catalyseurs des voitures à essence, les plus courantes dans les pays émergents, le palladium, contrairement au platine, verra son usage bondir et son marché sera au contraire en déficit.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.