Revue de presse française

A la Une : l’interview télévisée du 14 juillet de François Hollande

Audio 04:50

Publicité

Hier, le chef de l’Etat s’est montré ferme : la suppression de 8 000 postes chez PSA est « inacceptable » a-t-il dit, tout en reconnaissant qu’il ne pourra pas s’opposer à la fermeture de l’usine du constructeur à Aulnay-sous-Bois, relève Le Parisien-Aujourd’hui en France.

Lionel, un ouvrier du site interrogé par le journal, est prêt à lui faire « confiance mais il attend plus que des paroles ».

Le Journal du Dimanche estime de son côté que « la présidence Hollande est encore en rodage, pas tout à fait président, toujours un petit peu candidat ». Sur le style, François Hollande continue de marquer sa rupture avec son prédécesseur, mais sur le fond, le président joue la montre et repousse à plus tard « l’opération vérité » sur les économies et les hausses d’impôts à venir, juge Le Journal du Dimanche.

Les hausses d’impôts justement, vont-elles faire fuir les riches ? Les hebdomadaires français s’inquiètent de l’avenir des grandes fortunes
 
Partir pour échapper à la taxe à 75% promise par François Hollande ou finalement rester ? « L’exode fiscal » tant annoncé par certains à droite, est encore loin affirme Marianne. Le président français, qui déclara un jour, qu’il n’aimait pas les « riches », ne les a pas fait fuir en masse. En tout cas, pas pour le moment.

Beaucoup de ces riches attendent de voir la suite, se renseignent sur l’éventualité de s’installer ailleurs, en Suisse par exemple. Marianne a interrogé un avocat helvétique qui raconte avoir aidé « une quinzaine de délocalisations de Français contre une douzaine par an d’ordinaire ».

Les riches, encore, à la Une du Nouvel Observateur, mais les riches célèbres

« Ils portent nos couleurs, font résonner la Marseillaise, les artistes, les sportifs amassent des fortunes et pourtant ils ne paient pas d’impôts en France. » « Rien d’illégal, écrit Le Nouvel Observateur, mais comment tolérer ces étoiles filantes qui s’en vont prospérer dans des contrées plus accueillantes » alors que le reste des Français vivent à l’heure de la rigueur ?

Les réformes fiscales annoncées par le nouveau pouvoir socialiste ont choqué certaines célébrités. Pour le chanteur Patrick Bruel par exemple, cette taxe de 75% pour ceux qui gagnent plus d’un million d’euros par an, c'est « limite confiscatoire et spoliateur ».

Laissons ces fortunes clinquantes pour d’autres plus discrètes, celles des patrons

Challenges est allé à la rencontre de ces fortunés à l’hippodrome de Chantilly, ou encore dans les tribunes de Roland Garros. Et la morosité guette derrière les lunettes de marque et sous les costumes de grands couturiers. L’héritier d’une importante fortune de la grande distribution s’inquiète : « il faut tout de même qu’il reste des créateurs d’entreprises en France ».

Alors, une fois la frontière franchie, la maison de famille vendue, Challenges nous raconte le déchirement de l’exil, le mal du pays, la nostalgie, et l’impression de « se retrouver au purgatoire dans un ghetto pour riches ».

D’autres en revanche ne sont pas prêts à changer de vie. M, le magazine du Monde, nous emmène au pays des lords. « L’aristocratie anglaise n’a rien perdu de son prestige et continue de prospérer en toute discrétion », raconte le magazine. Malgré la crise, la noblesse a « peu souffert » grâce à son bas de laine bien rentable : des terres, des immeubles et des œuvres d’art.

Eux ont dû se faire à une nouvelle vie, celle qui suit la défaite électorale. Le Nouvel Observateur s’intéresse aux hommes et femmes politiques battus aux dernières élections

« Pour eux, la vie s’est arrêtée », titre Le Nouvel Observateur, un peu radical. Le téléphone ne sonne plus, l’agenda s’est vidé et il faut désormais conduire soi-même sa voiture. Le retour à la réalité est parfois difficile pour nos élus ou ministres. Le « vrai problème n’est pas dans le portefeuille mais dans la tête », résume le magazine.

Et de se pencher sur le cas de Ségolène Royal, battue à La Rochelle par un dissident socialiste. La présidente de la région Poitou-Charentes s’est repliée dans son fief, « réfléchit, prend son temps, voit du monde » et attend que l’horizon politique se débouche.

Tunisie : l’arrivée des islamistes au pouvoir pèse-t-elle sur le tourisme ?

Reportage du Journal du Dimanche à Hammamet : « Où sont les Français ? », s’inquiète un agent de voyages. « Ils ne sont pas nombreux, quelque chose ne va pas », raconte ce professionnel. Les responsables d’Ennahda ont pourtant affirmé qu’ils n’interdiraient ni l’alcool dans les bars ni les bikinis sur les plages.

Dans les faits, rien n’a changé, mais le directeur de l’hôtel Le Sultan déplore lui « la passivité des autorités face aux coups d’éclat des salafistes ». Les violences du mois dernier contre des œuvres d’art jugées blasphématoires ont entraîné « un coup d’arrêt des ventes », déclare-t-il au Journal du Dimanche.

Journaux, hebdo, la presse française s’est mise à l’heure estivale. Et les sujets consacrés à la sexualité refont leur apparition

Dans ses comportements sexuels, « l’homme est-il un animal comme les autres ? » se demande Marianne. A force de vouloir « gommer toute trace d’animalité », l’espèce humaine est-elle si éloignée que ça des animaux ? Pas vraiment, répond Marianne test à l’appui.

Alors, parce que l’information sur RFI passe avant tout, j’ai répondu au test de Marianne pour savoir « quel animal sauvage sommeillait en moi ».

Résultat : mes rapports amoureux se partagent d’un côté, avec ceux de l’albatros hurleur, un oiseau qui se met en couple tardivement mais pour longtemps, et de l’autre avec ceux du bonobo adepte, je cite, d’un sexe dit « convivial ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail