Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Benjamin Augé, chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (Ifri)

Audio 05:32
Benjamin Augé.
Benjamin Augé. ifri.org

« (…) Le problème, c’est qu’il y a toujours eu une espèce de double discours de l’Etat nigérian quand, en 2011, les premiers attentats ont commencé, en particulier à Abuja. Il y avait une rhétorique qui s’est mise en place, qualifiant les gens de Boko Haram de terroristes… »

Publicité

Au Nigeria, Boko Haram étend peu à peu sa zone d’action. La secte islamiste a revendiqué le double attentat-suicide qui a frappé cette semaine la ville de Sokoto, dans le nord-ouest du pays. Et presque chaque week-end dans le Nord-Est, son fief, des églises chrétiennes sont la cible d’attaques. Que penser de la réponse des autorités ? Faut-il privilégier le dialogue ? Avec qui négocier ? Et autour de quoi ? Pour en parler, Benjamin Augé, chercheur associé à l’Ifri est l’invité de Charlotte Idrac.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.