Appel presse européenne

René Moerland, ex-correspondant à Paris, rédacteur en chef au journal néerlandais «NRC Handelsblad»

Audio 03:39
Le Premier ministre néerlandais sortant, Mark Rutte (g) et le chef du Parti travailliste, Diederik Samsom (d).
Le Premier ministre néerlandais sortant, Mark Rutte (g) et le chef du Parti travailliste, Diederik Samsom (d). Montage RFI/Reuters
Par : Philippe Lecaplain
6 mn

Le vainqueur des élections législatives de mercredi dernier aux Pays-Bas, le Premier ministre libéral sortant Mark Rutte, a annoncé vendredi qu'il voulait former une coalition avec le Parti travailliste, arrivé deuxième, et éventuellement d'autres formations.Mark Rutte a en revanche indiqué, après avoir rencontré un médiateur chargé de sonder les différents partis à l'issue des élections, qu'il refusait que le futur gouvernement soit tiré vers la gauche par la participation du Parti socialiste, qui représente aux Pays-Bas la gauche radicale, en plus de celle du PvdA.Libéraux et travaillistes totalisent ensemble 79 sièges de députés sur 150, mais pourraient se tourner vers un troisième parti pour disposer d'une majorité plus confortable.Dans un scrutin considéré comme un baromètre du sentiment anti-européen dans ce pays important de la zone euro, l'extrême-droite europhobe de Geert Wilders a enregistré un net recul, ne comptant que 15 sièges par rapport aux 24 de 2010.Mark Rutte étant le favori pour se succéder à lui-même, les Pays-Bas devraient continuer à s'aligner sur l'Allemagne en matière d'exigences budgétaires sur la scène européenne, notamment envers la Grèce, même si les travaillistes participent au gouvernement.

Publicité

René Moerland, ex-correspondant à Paris, est rédacteur en chef au journal néerlandais NRC Handelsblad.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail