L'Épopée des musiques noires

Une rencontre au sommet !

Audio 26:31

Le 6 juillet 1961, Duke Ellington et Count Basie, qui se vouent une admiration réciproque, enregistrent pour la première fois ensemble. Les deux orchestres, chacun au sommet de leur art, donnent ainsi naissance à un fameux disque paru chez Columbia Records, et opportunément intitulé « First Time ». 5 juillet 2011, 50 ans après... le festival «Jazz à Vienne» invite deux grandes formations françaises à recréer le répertoire de ce « First Time » et à prolonger la rencontre de 1961. Le «Count Big Band» de Michel Pastre et le «Duke Orchestra» de Laurent Mignard, rien moins que 35 musiciens au total, défendront donc sur scène les couleurs sonores de Messieurs Basie et Ellington. Un événement, une «bataille royale» dont ne sortira au final qu'un seul vainqueur : le swing !

Publicité

Laurent Mignard.
Laurent Mignard. © Jean-Baptiste Millot

Pour Laurent Mignard et son «Duke Orchestra», l'œuvre d'Ellington, qui mêle l'esprit du blues à l'invention orchestrale la plus raffinée, représente l'un des plus fabuleux patrimoines du XXème siècle. Reconnu et salué par la prestigieuse «Duke Ellington Music Society», le «Duke Orchestra» assume la préservation et l’héritage du Maestro avec passion et humilité. Depuis 2003, cet orchestre imposant a su trouver le ton juste. On se souvient notamment des «Musiques Sacrées» avec le chœur des Harlem Jubilee Singers, de la fameuse «Far East Suite» jouée à Beyrouth, ou encore de la «New Orleans Suite» réinventée en compagnie de l’organiste Rhoda Scott ! 

Michel Pastre.
Michel Pastre. © Michel Thomas

Michel Pastre, quant à lui, s'est imposé le devoir de faire briller les cuivres du célèbre Count Basie. C'est en 1998 que ce lumineux saxophoniste réalise enfin son rêve : constituer son propre big band, emmené par la pulsion irrésistible du swing de Kansas City, et honorer chaque jour les grands classiques de Monsieur Basie

L’association miraculeuse de ces deux orchestres scintillants, le «Duke Orchestra» et le «Count Big Band», a permis de revitaliser un répertoire historique devant 8000 spectateurs ébahis et comblés. Cette prestation exceptionnelle ne pouvait rester figée dans le passé. Le label Sony/Columbia a donc pris l’initiative de publier ce concert unique donné à Vienne, en France, un demi-siècle après l’enregistrement original voulu par deux légendes, Duke Ellington et Count Basie. Une manière judicieuse de célébrer en grandes pompes «L’Epopée des Musiques Noires» !

 http://www.laurent-mignard.com/

http://www.myspace.com/michelpastre

http://www.dukeellington.com/

http://www.countbasie.com/

Duke Ellington et Count Basie, New York, 1961.
Duke Ellington et Count Basie, New York, 1961. © Don Hunstein

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail