Grand reportage

Inde : l’ouverture du marché de la distribution, entre craintes et nécessités

Audio 19:00
A la sortie de Bombay, le supermarché indien Hypercity a ouvert en 2006. Un énorme palais climatisé, qui s'est adapté à la consommation locale, avec des rayons végératiens bien séparés.
A la sortie de Bombay, le supermarché indien Hypercity a ouvert en 2006. Un énorme palais climatisé, qui s'est adapté à la consommation locale, avec des rayons végératiens bien séparés. RFI/Sébastien Farcis

En Inde, le gouvernement a adopté, il y a un mois, une réforme très attendue, et qui pourrait bientôt engendrer une révolution économique et sociale : il a ouvert le marché du commerce de détail aux investisseurs étrangers. A moyen terme, les grands groupes comme le Français Carrefour ou l’Américain Wal-Mart devraient ouvrir des supermarchés modernes dans ce pays d’1,2 milliard d’habitants, ce qui leur était interdit jusqu’à présent. Et c’est ainsi tout le système de distribution indien qui pourrait être chamboulé, car aujourd’hui, plus de 90% de ce secteur estimé à 350 milliards d’euros, est détenu par les petits épiciers de quartiers. Cette réforme soulève donc d’énormes craintes de la part de ces petits commerçants, qui ont peur d’être écrasés sous le poids de ces multinationales étrangères. Et avec ces épiciers, c’est tout le modèle traditionnel indien de commerce de quartier qui pourrait disparaître.