Le coq chante

L’essor de l’artisanat au Sénégal

Audio 26:31
© KABRE SIBILA JEAN
Par : Sayouba Traoré
29 mn

Immédiatement après les indépendances, les autorités du Sénégal ont pris en compte l’importance de ce secteur de l’artisanat dans l’économie nationale et dans l’économie des familles. Les chiffres sont parlants. 120 corps de métiers répartis en trois groupes : l’Artisanat de production (on classe dans ce groupe les tailleurs, menuisiers et maçons), l’Artisanat d’art (qui comprend les maroquiniers, bijoutiers, sculpteurs, peintres d’art) et enfin l’Artisanat de service (où l’on retrouve les coiffeurs, mécaniciens, électriciens, plombiers, tourneurs, fondeurs). La section Artisanat de Production prend les 68 % de la population artisanale, la section Artisanat d’art 17 % et la section Artisanat de service 15 %. Résultat de cette mobilisation, un village artisanal dans chacun des 33 chefs-lieux de département, et une chambre des métiers dans chacune des 11 régions. Et chaque zone culturelle développe un artisanat dynamique. Sur le plan de l’insertion professionnelle des jeunes, le secteur artisanal offre de la formation, et de la qualification. Près de 315000 apprentis sont formés dans les ateliers artisanaux.

Publicité

Invités :

- Ibrahima N’Diaye, chargé de la Promotion commerciale de l’Union Nationale des Chambres de Métiers
- Yvonne Diouf, Direction de l’Artisanat du Sénégal.
- Bouya Guéye, couturière à Dakar
- Ibrahim Dia, couturier à Dakar
- Ibrahima N’Diaye, sculpteur à Kéné-Mer
- Sarr Sali Mbow, maroquinier à Dakar
- Diouf Agnès Sarr, transformatrice de produits halieutiques.

© KABRE SIBILA JEAN

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail