Autour de la question

2. Et si la recherche dysfonctionnait parfois ?

Audio 26:31

Deuxième partie de l'émission avec Christopher Exley, biochimiste, François Jérôme Authier, neurologue, et Michèle Rivasi, agrégée de Sciences de la Vie, sont nos invités pour tenter de répondre à la question : « Et si la recherche dysfonctionnait parfois ? » 

Publicité

Combien d’entre nous ont conscience des innombrables possibilités d’exposition à des produits toxiques auxquelles nous sommes confrontés dans notre vie quotidienne? Combien d’entre nous sont convaincus de leur innocuité, et croient profondément que, dans le cas contraire, nous n’y serions pas soumis quotidiennement ? Forcément « LA » recherche a certainement prouvé leur sécurité et forcément, comme c’est le cas pour la plupart des choses, les autorités veillent soigneusement à nous protéger en veillant sur notre santé...
Sauf qu'il est des cas où il n’existe que peu ou pas de réglementation, que ce soit dans les domaines de la médecine, des cosmétiques ou des aliments. L’industrie n’est pas toujours contrainte de faire la preuve de l'innocuité de tous ses produits.
Pourquoi ? Comment ? quand les scandales éclatent, les raisons, ou les déraisons plutôt, qui ont conduit à ces situations apparaissent clairement. Sauf qu'il est trop tard pour les victimes.

Pour aborder ce sujet délicat, nous recevons Christopher Exley, biochimiste à l'université de Keele au Royaume-Uni, François Jérôme Authier, neurologue, spécialiste des interactions cellulaires et Michèle Rivasi, normalienne, agrégée de sciences de la vie et députée européenne.

 

 

 

 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail