Le coq chante

La gestion des boues de vidange de la ville de Dakar

Audio 26:31
A Pikine, entretien avec Sidi Bathily, qui dirige une société de vidange mécanique.
A Pikine, entretien avec Sidi Bathily, qui dirige une société de vidange mécanique. © Ismaila Fall/EAA
Par : Sayouba Traoré
30 mn

L’agglomération de Dakar compte environ 2,5 millions d’habitants. Pour l’accès des ménages à l’assainissement en 2004, on enregistrait 64% dans la région de Dakar, dont 25% par assainissement collectif et 39% par assainissement autonome. Par assainissement collectif, il faut entendre 843 km de réseaux d’égouts pour les eaux usées, 61 stations de pompage et 7 stations d’épuration. Par assainissement individuel, il faut comprendre que chaque habitation se fait installer une fosse septique. A Dakar, la production des boues de vidanges est estimée à plus de 170 000 m3. Que faire de tous ces déchets humains ? Grave question de santé publique qui touche 92% de la population. L’affaire en revient à l’Office national d’Assainissement du Sénégal.

Publicité

Créé le 22 février 1996, cet Office national d’Assainissement du Sénégal devait gérer 75 000 raccordements à l’égout, et cette grave question de traitement des boues de vidanges. Et, il fallait le faire dans l’urgence. Parce qu’à Dakar, il y a les boues de vidanges qui constituent déjà un problème sérieux mais, très fréquemment, surviennent des inondations dues essentiellement à la configuration du terrain.

Invités :
- Ibrahima Sow, président de l’Association des vidangeurs du Sénégal
- Sidi Bathily dirige une société de vidange mécanique
- Ismaila Fall, directeur des Activités à l’Agence Panafricaine Intergouvernementale Eau et Assainissement pour l’Afrique, ou EAA
- Omar Cissoko, secrétaire général de l’Union des Organisations des Producteurs de la vallée de Niayes.

 

Cliquez sur l'image

Les photos sont de Ismaila Fall.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail