Chronique des matières premières

Aide alimentaire américaine : une réforme de compromis

Audio 01:47
De la nourriture provenant de USAID est distribuée dans un camp de réfugiés, en République démocratique du Congo.
De la nourriture provenant de USAID est distribuée dans un camp de réfugiés, en République démocratique du Congo. Getty Images/Kuni Takahashi

Barack Obama remet en cause le modèle de l’aide alimentaire américaine. 

Publicité

Depuis 60 ans, les Etats-Unis n'expédient dans les pays touchés par la famine que des céréales cultivées sur le sol américain, dont plus des trois quarts doivent obligatoirement être transportés dans des cargos battant pavillon américain. Depuis longtemps, on dénonce la concurrence déloyale que représente cet afflux de produits américains, la moitié de l'aide alimentaire mondiale, pour les cultures des pays pauvres, en Afrique et en Asie. Alors que la plupart des autres donateurs s'approvisionnent désormais en céréales locales pour apporter l'aide d'urgence nécessaire aux populations menacées par la famine.

Le fonctionnement de l'aide américaine occasionne aussi des gaspillages : sur le milliard de dollars et demi consacré à l'aide alimentaire, 10 à 20 % sont dépensés inutilement en coût de transport, de quoi nourrir 17 millions de personnes supplémentaires. Le président George W. Bush avait déjà essayé de réformer ce système, mais il s'était opposé à un triple lobby, au Congrès : celui des agriculteurs et de l'industrie agro-alimentaire, le lobby de la marine marchande américaine, et même celui des associations caritatives. Car les ONG bénéficient de la monétisation de l'aide alimentaire américaine : les céréales leur sont données, elles les revendent pour financer ensuite leurs programmes d'assistance. Avec des exceptions cependant, puisque Care et Oxfam ont dénoncé ce système et que Care a renoncé aux céréales américaines depuis cinq ans.

La réforme proposée par Barack Obama dans le budget 2014 est un compromis : seule un peu plus de la moitié de l'aide alimentaire proviendra des champs américains, 45 % devra être achetée au plus près des lieux où elle est fournie, ce qui permettra de réduire à la fois les délais et les coûts de l'aide alimentaire américaine. En cette période de disette budgétaire, il y a de fortes chances que les parlementaires américains endossent cette réforme en votant le budget au Congrès.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail