Allô Bruxelles

Nicolas Bobrinsky, responsable du programme de « veille spatiale » à l'ESA, l'Agence spatiale européenne

Audio 02:31
Plan fixe d'une vidéo tournée dans la ville de Chelyabinsk, dans l'Oural, touchée par l'explosion d'une mététorite, le vendredi 15 février 2013.
Plan fixe d'une vidéo tournée dans la ville de Chelyabinsk, dans l'Oural, touchée par l'explosion d'une mététorite, le vendredi 15 février 2013. REUTERS/OOO Spetszakaz

Vous ne connaissez peut-être pas le mot « géocroiseur » et pourtant près de 10 000 d’entre eux pourraient entrer dans l’orbite de la Terre et pourquoi pas frapper la planète. Mais certains sont trop petits pour être observés actuellement et c’est afin d’identifier ces « petits » astéroïdes que l’Agence spatiale européenne a inauguré ce mercredi à Rome un centre de coordination. Il s’agit en fait de la première étape de la mise en place d’un réseau capable de surveiller ces petits astéroïdes dangereux, car très nombreux. Beaucoup de spécialistes rappellent ainsi les dégâts causés cet hiver en Russie par une météorite de 17 mètres de diamètre. Plus d’un millier de personnes avaient été blessées.