Aujourd'hui l'économie

Quand la Chine ralentit, les marchés flanchent

Audio 03:21
Pékin est en train de faire basculer son économie jusqu'à maintenant basée sur l'exportation vers la demande intérieure.
Pékin est en train de faire basculer son économie jusqu'à maintenant basée sur l'exportation vers la demande intérieure. Getty Images

Un vent de panique a soufflé aujourd'hui sur les bourses du monde entier. C'est un mauvais chiffre sur l'économie chinoise qui a déclenché la baisse des marchés.

Publicité

La Chine est souvent perçue comme un pays exportateur prêt à racheter la planète. Mais c'est aussi un pays qui consomme énormément, qui achète des trains, des avions, des machines-outils... De quoi faire les affaires des entreprises basées dans des pays où la croissance est faible ou inexistante. Et puis Pékin est en train de faire basculer son économie jusqu'à maintenant basée sur l'exportation vers la demande intérieure.

Les entreprises occidentales espèrent bien profiter de l'essor de ce marché de plus d'un milliard de consommateurs pour trouver de nouveaux débouchés. C'est pourquoi le moindre signe de ralentissement de l'économie chinoise donne des sueurs froides aux marchés. Or l'indice PMI publié aujourdui pour le mois de mai par la banque HSBC est de mauvais augure.

Cet indicateur qui nous renseigne sur les intentions d'achat des directeurs d'usines est en baisse pour le troisième mois consécutif. Surtout, il est passé en-dessous de la barre des 50, ce qui signifie dans le jargon des analystes que l'économie chinoise se contracte.

Le gouvernement chinois a-t-il les moyens de redresser la barre ?

Ces moyens apparaissent de plus en plus limités, d'où la fébrilité des investisseurs. En 2008, Pékin, touché de plein fouet par la crise financière, a réagi en ouvrant les vannes du crédit et en finançant un vaste plan de relance. Une opération renouvelée l'année dernière. Les usines et les immeubles ont poussé comme des champignons. À tel point que le pays a maintenant trop d'usines et des immeubles inhabités.

Donner un nouveau coup de pouce serait bon à court terme, mais à plus long terme, cela ne ferait que faire grossir la bulle du crédit. L'autre politique que Pékin encourage, le développement de la consommation, n'a pour le moment pas porté ses fruits. C'est ce que reflète ce mauvais indice PMI : non seulement les importateurs traditionnels de la Chine achètent moins, mais en plus les ménages chinois ont aussi levé le pied sur les emplettes.

Comment faire repartir la machine sans passer par la relance ? Le mois dernier, le Premier ministre Li Keqiang a déclaré qu'il fallait laisser faire le marché. Or le marché chinois semble aujourd'hui à l'arrêt. Pas très rassurant pour les bourses occidentales.

En Egypte, le gouvernement se met au texto pour prévenir des coupures de courant

A défaut de pouvoir répondre à la pénurie et à la cherté de l'énergie, le gouvernement communiquera les arrêts de courant par SMS. A partir du mois de juin, l'électricité sera rationnée au moins une heure par jour pour anticiper la hausse de la consommation inévitable pendant le ramadan.

Coulé avant même d'être mis à l'eau, c'est le sort d'un sous-marin qui devait être l'un des fleurons de la flotte espagnole

L'Espagne a investi 530 millions d'euros pour construire cet insubmersible qui s'avère trop lourd pour être mis en service. Les quelques centaines de tonnes qui se sont ajoutées au poids initial de 2 000 tonnes suffiraient à l'envoyer par le fond. Un mauvais calcul a été fatal à ce modèle dont la marine espagnole était si fière. Pour le rendre flottant, il faudra dépenser quelques millions d'euros supplémentaires. Voilà qui fait désordre dans un pays plombé par la dette des banques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail