Chronique des matières premières

Une année de consolidation pour le coton africain

Audio 01:42
Une femme dans un champ de coton, au Mali.
Une femme dans un champ de coton, au Mali. getty images

C'est la période des semis de coton en Afrique de l'Ouest. La production devrait continuer à progresser encore cette année

Publicité

L'Afrique de l'Ouest se remet à produire du coton. Après une décennie de déclin, où les prix mondiaux se traînaient entre 30 et 50 cents de dollar la livre de fibre, le pic à plus de 2 dollars il y a deux ans a remotivé les cotonculteurs. Et ils ne se sont pas découragés lorsque les cours ont rechuté au deuxième semestre l'an dernier. Pour la bonne raison qu'en Afrique de l'Ouest les sociétés cotonnières ont amorti la volatilité des cours mondiaux. Elles n'ont pas versé des prix faramineux mais ont maintenu des prix corrects sur la durée.

En ce moment, les producteurs ouest-africains sèment en sachant combien ils seront payés du kilo de coton graine, à peu près la même chose que l'an dernier, autour de 250 francs CFA. Ce n'est pas le cas de leurs collègues d'Afrique de l'Est, qui sèment à l'aveugle, ils ne connaissent le prix de leur coton qu'au moment de la commercialisation, après la récolte, ce qui leur a réservé de fortes déconvenues lors de la dernière campagne. La production cotonnière est pour cette raison en déclin en Afrique de l'Est, alors qu'elle progresse en Afrique de l'Ouest. De 850 000 tonnes de coton fibre il y a deux ans, elle est passée à 900 000 tonnes l'an dernier et on pourrait atteindre le million de tonnes en 2013-2014, si les pluies sont au rendez-vous, bien sûr. Le Burkina Faso a retrouvé le rôle de leader qu'il avait perdu en 2011-2012 au profit du Mali. Le producteur burkinabè, pionnier du coton transgénique en Afrique, avait essuyé les plâtres du coton BT, avec des rendements décevants et une qualité de fibre dégradée, ce qui avait signifié des revenus en baisse. Désormais le coton transgénique, 60% de la production totale du Burkina, est commercialisé séparément tant que le problème de courte soie n'est pas résolu. L'amélioration de la semence OGM se poursuit.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail