Invité du matin

Elisabeth Guigou, députée socialiste de la Seine-Saint-Denis, présidente de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale

Audio 08:00
Elisabeth Guigou.
Elisabeth Guigou. RFI

« La France a toujours été le premier pays à être du côté des opposants en Syrie et de la Coalition nationale syrienne. Ce qui se passe est hallucinant. C’est une attaque sans précédent, d’une violence inouïe. On a vu ces corps d’enfants étendus ; il est probable, probablement plus que probable que nous avons là une nouvelle attaque d’armes chimiques (...). Par conséquent, il faut une réaction de la communauté internationale. »

Publicité

En Syrie, l’usage d’armes chimiques, dans l'attaque du 21 août, est « probable », selon les mots du président François Hollande après les bombardements dans la banlieue de Damas qui auraient fait un millier de morts. Le chef de la diplomatie, Laurent Fabius, évoquait hier, jeudi 22 août, « une réaction de force ». Le même avait déjà promis une réponse massive et foudroyante en juin 2013. Alors, est-ce une fermeté de façade ou bien la France et d’autres pays préparent-ils vraiment une opération militaire en Syrie ? Pour en parler, Elisabeth Guigou, députée socialiste de la Seine-Saint-Denis et présidente de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, est l’invitée de Julien Chavanne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail