Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Augustin Kikukama, secrétaire général du M17 en RDC

Audio 05:02
Le secrétaire général du M17, Augustin Kikukama (RDC).
Le secrétaire général du M17, Augustin Kikukama (RDC). laconscience.com

«Nous étions d'accord pour participer à cette concertation à condition que ce ne soit pas du prêt-à-porter. L'ordonnance qui la convoque pose problème, parce qu'on ne peut pas convoquer les gens pour venir trouver une solution et leur imposer une conduite à tenir. C'est à dire un bureau et une méthodologie de travail.»

Publicité

En République Démocratique du Congo, les concertations nationales doivent débuter ce mercredi 4 septembre. Promises par le chef de l'Etat Joseph Kabila et organisées par les présidents des deux chambres du Parlement, ces états généraux se dérouleront pendant une quinzaine de jours à Kinshasa, mais aussi à Lubumbashi au Katanga et Kisangani dans la province orientale. A l'ordre du jour, des discussions sur les questions de gouvernance, de développement, le désarmement des groupes armés, les conflits intercommunautaires ou encore la décentralisation.

Après les élections contestées de novembre 2011, ces concertations sont censées relancer le dialogue politique dans le pays, mais les principaux partis d'opposition, l'UDPS, le MLC et l'UNC entre autres, ont décidé de boycotter.

Le boycott, c'est également la position prise par le M17, le Mouvement du 17 mai 1997, date de la prise de pouvoir de Kabila père. Les explications du secrétaire général du M17, Augustin Kikukama.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.