Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Phil Clark, professeur, spécialiste des questions de justice internationale à la School of Orientals and Africans studies de Londres

Audio 05:28
Professeur Phil Clark.
Professeur Phil Clark. DR

« Je ne pense pas que cette action par le gouvernement kényan de se retirer du Statut de Rome, va changer beaucoup de chose. Il s’agit d’une tentative de protéger l’image politique de Ruto et de Kenyatta pendant le procès devant la Cour pénale internationale, qui sont accusés de crimes contre l’humanité, mais cela n’affectera pas le procès qui va se poursuivre. Toutefois, cela pourrait affecter la propre action du gouvernement kényan pendant le procès… »

Publicité

Le Kenya a enclenché un processus visant à se retirer du Statut de Rome et donc à ne plus reconnaître l’autorité de la Cour pénale internationale (CPI). La CPI a mauvaise presse au Kenya, où le président Kenyatta et le vice-président Ruto sont accusés de crimes contre l’humanité, mais plus généralement aussi en Afrique. Le risque étant de voir d’autres pays suivre la voie du Kenya. Pour en parler, Olivier Rogez reçoit le professeur Phil Clark, spécialiste des questions de justice internationale à la School of Orientals and Africans studies de Londres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.