Invité Afrique

Martin Kobler, nouveau chef de la Monusco

Audio 05:33
Martin Kobler, lors d'une conférence de presse dans les bureaux de la Monusco. Goma, le 2 septembre 2013.
Martin Kobler, lors d'une conférence de presse dans les bureaux de la Monusco. Goma, le 2 septembre 2013. REUTERS/Thomas Mukoya

« Je crois que la réunion était un succès parce que tous les présidents de la région étaient là. On a établi un calendrier de travail pour la mise en œuvre de la paix, la sécurité et la coopération. (…) C’est très important qu’on ait la conclusion rapide des pourparlers de Kampala. Moi aussi j’étais à Kampala, il y a une semaine, pour parler avec les négociateurs, en particulier avec le facilitateur, le ministre de la Défense ougandaise… »

Publicité

Au Congo-Kinshasa, les casques bleus de la Monusco sont souvent critiqués pour leur manque d’efficacité. Mais depuis trois mois, il y a un fait nouveau. Une brigade d’intervention de 3 000 hommes a débarqué à Goma. Et sur le terrain, ça bouge !

Le lundi 23 septembre, à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, les chefs d’Etat de la région des Grands lacs se sont retrouvés en sommet. Le tout nouveau chef de la Monusco, l’Allemand Martin Kobler, était présent. En ligne de New York, il témoigne au micro de Christophe Boisbouvier et raconte ce qu’il appelle « la victoire militaire » de ses casques bleus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail