Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement (BAD)

Audio 05:32
Donald Kaberuka face aux partenaires de la BAD.
Donald Kaberuka face aux partenaires de la BAD. Jeune Afrique/Hassan Ouazzani

« C’est vraiment la question de la transformation des économies africaines qui est posée. Il y a la croissance économique bien sûr, mais beaucoup d'économies sont en croissance grâce aux ressources naturelles ; d’autres (...) ne se transforment pas rapidement. Donc, je reconnais que c’est un problème réel mais qui ne peut que se régler dans le temps. »

Publicité

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), vient de participer à Paris au treizième forum de l’OCDE sur l’Afrique. A cette occasion, Donald Kaberuka fait le point sur les défis à relever par le continent, notamment ses relations avec la Chine. Au mois de mars 2013, Sanusi Lamido, le gouverneur de la banque centrale nigériane lançait un pavé dans la mare avec cette déclaration : « La Chine s’empare de nos matières premières et nous vend des biens manufacturés. C’est l’essence même du colonialisme ! ». Notre invité réagit à cette impétueuse sortie. Le banquier rwandais s’exprime également sur le retour de la BAD à Abidjan, alors que la banque s’était délocalisée en Tunisie il y a dix ans. Donald Kaberuka répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.