Invité du matin

Christophe Deloire, directeur général de Reporters sans frontières

Audio 08:51
Christophe Deloire.
Christophe Deloire. Thesupermat/Wikimedia Commons

« Effectivement, l’émotion est extrêmement forte dans l’ensemble de la profession après l'annonce de l'assassinat des deux journalistes de RFI. Mais il faut noter que l'information a largement dépassé les cercles journalistiques. L’ONU a réagi, Catherine Ashton qui dirige la diplomatie européenne a réagi, ainsi que José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne et de nombreux responsables politiques... […] C’est un enjeu qui dépasse largement les journalistes ; la liberté de l’information, ce n’est pas un privilège corporatif, c’est une liberté pour tous. La liberté de l’information, c’est ce qui permet de vérifier l’existence de toutes les autres libertés… »

Publicité

RFI est en deuil après l’assassinat de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon dans le nord du Mali, samedi 2 novembre dans l'après-midi. Mais, au-delà de RFI, c’est toute une profession qui est en deuil et bouleversée. C’était le sens du communiqué que Reporters sans frontières (RSF) a publié dès l’annonce de la mort de nos deux collègues, Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Pour évoquer ce tragique événement, Christophe Deloire, directeur général de Reporters sans frontières (RSF) est l’invité de Frédéric Rivière.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail