Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Didier Drogba, ambassadeur de choc des mines ivoiriennes

Audio 01:47
Didier Drogba (G) et Niale Kaba, la ministre de l'Economie et des Finances, signent le 7 janvier 2014 les documents qui officialisent l’acquisition par le fotballeur ivoirien de 5% du capital de la mine d’or d’Ity, en Côte d’Ivoire.
Didier Drogba (G) et Niale Kaba, la ministre de l'Economie et des Finances, signent le 7 janvier 2014 les documents qui officialisent l’acquisition par le fotballeur ivoirien de 5% du capital de la mine d’or d’Ity, en Côte d’Ivoire. AFP/Service de presse du Premier ministre ivoiren

Didier Drogba parie sur la production d'or en Côte d'Ivoire. Une publicité bienvenue pour les autorités ivoiriennes, qui veulent développer le secteur minier.

Publicité

La Côte d'Ivoire veut attirer les investissements dans les mines, quel meilleur promoteur que l'enfant du pays, Didier Drogba ? La star du ballon rond vient de signer officiellement l'achat de 60 000 actions dans une mine d'or, la mine d'Ity, près de la frontière du Liberia. L'attaquant ivoirien prépare sa reconversion, alors qu'il achève sa carrière au Galatasaray. Sa participation de 5% dans la plus ancienne mine d'or du pays, longtemps en sommeil, doit combler les autorités ivoiriennes, qui vendent quelques actions d'Etat supplémentaires.

Le gouvernement d'Alassane Ouattara veut privatiser une quinzaine de sociétés publiques. Il veut aussi faire doper l'économie des mines, jusqu'à présent négligée. La Côte d'Ivoire est assise sur la même ceinture volcanique très riche en or que ses voisins, le Burkina Faso et le Mali ; son sous-sol regorge aussi de fer, de nickel, et de manganèse, sans compter le pétrole.

Mais en conflit pendant dix ans, la Côte d'Ivoire avait plutôt vu fleurir les trafics, notamment de diamant, que les investisseurs. Depuis que le pays a retrouvé plus de stabilité, et réintégré le processus de Kimberley pour commercialiser ses pierres précieuses, les groupes miniers s'intéressent sérieusement au sous-sol ivoirien. Le Britannique Randgold, qui exploite la plus grande mine d'or à Tongon, convoite 15 autres permis. Beaucoup d'opérateurs sont dans les starting-blocks. Ils ont été associés, une première, à la nouvelle mouture du code minier, adopté en Conseil des ministres au début du mois dernier.

Les investisseurs ont dit oui à plus de contraintes légales et environnementales, ils ont accepté le recours partiel au personnel et aux sous-traitants locaux. Maintenant, ils attendent impatiemment de connaître le niveau des taxes qu'ils devront verser à l'Etat, il sera fixé par décret dans les semaines qui viennent. La Côte d'Ivoire ne pourra pas être trop gourmande : les cours de l'or ont chuté et la concurrence fiscale est très rude avec les pays miniers voisins, y compris le Liberia, nouveau producteur d'or.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.