Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la Une: Poutine médaille d’or

Audio 05:50
AFP
12 mn

Publicité

En ouvrant avec faste « ses » Jeux olympiques à Sotchi, le président russe a gagné son premier pari.

Et Le Nouvel Observateur, qui, pourtant, ne l’apprécie guère, admet son aura puisque que le magazine lui accorde rien moins que la totalité de sa une, laquelle, une fois n’est pas coutume, n’est barrée par aucun bandeau. Certes, Le Nouvel Obs entend, dans le dossier qu’il consacre au « tsar » Poutine, éclairer sa « face cachée ». Mais sans qu’aucun document écrit ne vienne prouver les graves accusations véhiculées contre le président russe (et du reste, le journal en convient).

La légende du musculeux président russe ressort en revanche renforcée de ce dossier du Nouvel Observateur. On y apprend qu’à soixante et un ans, Vladimir Vladimirovitch Poutine est un couche-tard qui se lève tard, à neuf heures du matin, et qui, à jeun, « se précipite » dans sa salle de sport pour « transpirer » sur les machines de musculation, avant d’enchaîner, en fin de matinée, les « longueurs » de bassin dans sa piscine et de se plonger dans « deux jacuzzis », l’un brûlant, l’autre glacé (!) pour finir par prendre, vers midi, son petit-déjeuner ! La face cachée en effet..

Poutine : bons baisers de Russie

La presse people ayant le vent en poupe en ce moment en France, Le Nouvel Observateur tente d’en savoir plus sur la question. Avec, là-encore, des rumeurs, rien de probant. Poutine « semble être resté célibataire », se borne à consigner comme à regret l’hebdomadaire, qui en est réduit à n’évoquer que d’autres rumeurs sur son état de santé. En somme, en dépit de cette une accrocheuse et de ce volumineux dossier, la face cachée de Poutine le demeure..

Sotchi : Rome n’est plus dans Rome

Et pendant ce temps, les champions sportifs, les vrais, sont en piste à Sotchi. Ce dimanche surtout, avec « l’épreuve-reine » des Jeux olympiques d’hiver, la descente hommes. Le sport reprend donc ses droits.

Mais les avait-il jamais perdu ? « On peut se demander si Poutine, comme ses adversaires droit-de-l’hommistes, ne se sont pas trompés d’époque, se demande justement Le Figaro Magazine. (…) Tous ont en tête un temps où le politique dominait et s’imposait à la société. Or, aujourd’hui, le sport s’est émancipé du politique. Ses organismes représentatifs (…) sont devenus des mastodontes régnant sur la planète, riches à millions, qui, sous une apparence de dépolitisation, imposent leur pouvoir aux Etats ». C’est ainsi, remarque Le Fig Mag, que le sport « n’est plus seulement le " pain et les jeux " mis au service de l’empereur romain ; il est devenu l’empereur, et son empire mondial dépasse les limites de l’ancienne Rome ».

Hollande : chute et rechute

C’est LE sondage de la semaine : la cote de popularité de François Hollande a encore chuté. Dix-neuf pour cent seulement des Français qui accordent leur confiance au président en ce mois de février. C’est un « plancher historique » et c’est la cote de confiance « la plus faible pour un président au bout de 21 mois de mandat », souligne Le Figaro Magazine qui publie ce sondage TNS Sofres.

Mais le « pire », complète l’hebdomadaire, c’est « peut-être le chiffre de ceux qui ne (lui) font pas du tout confiance (…) : 51 % », soit cinq pour cent de plus qu’en janvier. Commentaire du Fig Mag : « le mal est plus profond qu’un simple rejet de la politique du gouvernement ».

Interrogé sur cette rechute sans précédent de la cote de popularité du chef de l’Etat, le ministre français du Travail la relativise ce matin dans Le Parisien Dimanche. « Il ne s’agit pas de voix, précisément, corrige Michel Sapin, ni d’élections. Celles-ci ont eu lieu, avec le résultat que vous connaissez », dit au journal ce très proche du président, avant d’évoquer le « pacte de responsabilité » proposé par François Hollande aux partenaires sociaux lors de sa dernière conférence de presse. « Ce n’est pas un pacte avec le diable », lance le ministre du Travail dans Le Parisien Dimanche.

Municipales : les cinquante jours de Paris

Déclaration qui sonne comme en écho à un autre sondage sur les prochaines élections municipales, et qui confirme le désamour des Français pour la gauche. Sondage Ifop pour Le Journal du Dimanche, selon lequel, avec 29 % des intentions de vote pour ces municipales du mois prochain, les listes soutenues tout à la fois par le parti de droite UMP et par celui du centre UDI devanceraient de 7 % celles du Parti socialiste (21 % donc) et de 12 celles du Front national (17 %). Viennent ensuite les listes du Front de Gauche (11 %) et celles du parti écologiste Europe-Ecologie-les Verts (8 %).

A cinquante jours du scrutin, c’est donc une « vague bleue » lors des futures municipales qu’anticipe Le Journal du Dimanche. Qui en conclut que l’opération « reconquête » lancée par François Hollande en début d’année s’est soldé par un « flop ». Car son « pacte de responsabilité » a surtout semé le « doute » à gauche. Quand à l’échec de l’inversion de la courbe du chômage en 2013, les mauvais chiffres sur la sécurité, le « feuilleton conjugal » du président et le « limogeage » de la première dame, ils ont « jeté le trouble », complète Le JDD.

Celui-ci enfonce le clou à Paris avec un sondage Ifop effectué dans l’un des arrondissements-clés pour la désignation de la future maire de la capitale. Avec 58 % des intentions de vote au second tour de la future élection municipale parisienne, la liste défendue par la socialiste Anne Hidalgo y devancerait de 16 % celle de droite soutenue par Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ne recueillerait donc que 42 % des dites intentions de vote.

Google : un délit aux paradis

En France encore, le moteur de recherches sur Internet Google est dans le collimateur du fisc. C’est le magazine Le Point qui a révélé cette semaine que la France avait enclenché une procédure de redressement fiscal contre le géant américain d’Internet, soupçonné de minorer ses plus-values via des paradis fiscaux aux Bahamas et aux Bermudes.

Selon Le Journal du Dimanche, le montant de « l’ardoise » réclamée à Google serait « de l’ordre du demi-milliard d’euros ». Ce qui représenterait un redressement fiscal « colossal », prédit Le JDD. Depuis hier en tout cas, le moteur de recherches a mis en ligne un encart sur sa page d'accueil française évoquant sa condamnation à une amende record par la Cnil, la Commission nationale de l’informatique et des libertés. Un sujet de conversation de plus en perspective pour François Hollande et Barack Obama..

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.