Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Quand Watson d'IBM rencontre «Lucy en Afrique»

Audio 01:54
La victoire de Watson en 2011, à la finale américaine «Jeopardy», l’équivalent de notre «Question pour un champion», était déjà une prouesse.
La victoire de Watson en 2011, à la finale américaine «Jeopardy», l’équivalent de notre «Question pour un champion», était déjà une prouesse. AFP/IBM

Le système d’intelligence artificielle Watson d'IBM a démontré, depuis longtemps, que les machines pouvaient être aussi perspicaces que les humains. Grâce au projet « Lucy en Afrique », Watson offrira bientôt aux scientifiques et aux décideurs économiques africains l’accès aux technologies informatiques cognitives les plus avancées au monde.

Publicité

Watson, le système d'intelligence artificielle d'IBM, a nécessité quatre années de recherche intensive. La machine et son programme imite, en quelque sorte, les aptitudes cognitives humaines, comme la faculté de discerner le double-sens des mots, les calembours, de décrypter des comptines et d'en comprendre le sens, de résoudre des rébus. La victoire de Watson en 2011, à la finale américaine « Jeopardy », l’équivalent de notre « Question pour un champion », était déjà une prouesse, mais être le champion d’un jeu télévisé n'est pas le but ultime du système.

Le domaine médical aux États-Unis emploie le supercalculateur connecté pour rassembler, à la demande d’un médecin, toutes les informations pertinentes concernant le cas d’un patient. Dr Watson formule alors des hypothèses, classées par ordre de pertinence, qui aident le thérapeute à prendre la bonne décision. L’intelligence artificielle du superordinateur est utilisée dans bien d’autres domaines, par des laboratoires de recherche, pour la gestion clientèle des centres d’appels, par des banques. Pour les entreprises, c’est un moyen ultra-performant d'optimiser l'efficacité de la publicité ciblée sur Internet. Les capacités cognitives remarquables du système Watson intéressent maintenant le continent. La firme vient de lancer le projet « Lucy en Afrique », en référence au surnom donné au fossile vieux de 3,2 millions d’années découvert en Éthiopie en 1974, considéré par les chercheurs comme l'un des plus anciens ancêtres de l’humanité.  

Selon la firme IBM, l’objectif est d’amplifier « les nouvelles opportunités d'affaires à travers le continent dont la croissance est estimée comme la plus rapide au monde ». Cent millions de dollars, sur 10 ans, seront investis dans des centres de recherche et d’innovation dans les domaines de la médecine, de l’agriculture, de l’éducation, de l’assainissement. Sans oublier le secteur de l’économique et du numérique, ainsi que le développement industriel du continent. « Watson » vient d’épouser « Lucy », leur mariage annonce la naissance d’un Nouveau monde, celui « d’une Afrique qui accomplira en moins de 20 ans, ce que les pays les plus avancés de la planète, ont mis deux siècles à réaliser ».

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.