Le coq chante

Lancement du Fonds National de la Finance Inclusive au Togo

Audio 26:31
Prosper Houenou au micro de Sayouba Traoré.
Prosper Houenou au micro de Sayouba Traoré. Ludovic Nakpane

Dans les villages en Afrique, le paysan n’est guère familiarisé avec le monde de la finance. De même, les différents organismes de crédit peinent à trouver la bonne formule pour une telle clientèle. Or, on sait maintenant que sans un apport d’argent, le paysan est condamné à végéter. Parfois, les paysans d’un village ou d’une région ont la chance de pouvoir bénéficier d’un coup de pouce qui survient au bon moment. C’est le bonheur qui est arrivé au Togo avec la création du Fonds National de la Finance Inclusive.(Photo : Prosper Houenou au micro de Sayouba Traoré © Ludovic Nakpane).

Publicité

Avant toute chose, il faut nous entendre sur les termes utilisés : à savoir exclusion financière ou bancaire et inclusion financière.

L’exclusion financière comprend l’absence de structures financières de proximité, les difficultés d’accès aux services bancaires et financiers, les difficultés d’usage que rencontrent les personnes, l’inadaptation des services proposés à la clientèle et la méconnaissance par les populations des mécanismes et procédures. L’exclusion financière constitue un réel handicap, principalement pour les populations rurales.

Prosper Houenou au micro de Sayouba Traoré.
Prosper Houenou au micro de Sayouba Traoré. © Ludovic Nakpane

A l’inverse, l’inclusion financière se définit alors comme l’ensemble des dispositifs mis en place pour lutter contre l’exclusion bancaire et financière. Ces moyens composent ce que certains appellent désormais la « finance inclusive ». Là, il faut beaucoup de pédagogie pour une bonne maîtrise plus globale des outils bancaires.
Au fil des années, les populations ont appris à utiliser les services de la micro-finance, d’autant que les mécanismes de la micro-finance s’inspirent des pratiques traditionnelles comme la tontine. En effet, le microcrédit est un moyen pour les banques de toucher une clientèle solvable, mais jusque-là en marge du secteur bancaire. Toutefois, l’adaptation du microcrédit aux besoins de l’emprunteur et l’accompagnement sont indispensables.

L’objectif premier de ce Fonds National de la Finance Inclusive, c’est de rechercher auprès de l’Etat et de ses partenaires en développement des ressources sous forme de lignes de crédit qu’il met à la disposition des institutions de micro-finance, de manière que les institutions de micro-finance disposent de ressources nécessaires et adaptées pour faire face aux besoins des populations à la base. 

Invités :
- Ali-Tagba Doki-Zama, directeur général de l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base
- Prosper Houenou, expert en finance inclusive, directeur par intérim du Fonds National de la Finance Inclusive.

 

Production : Sayouba Traoré
Réalisation : Ewa Moszynski
.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail