Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le géant du lait néo-zélandais victime de son succès en Chine

Audio 01:39
Un camion-citerne transportant du lait à son arrivée à l'usine Fonterra à Te Rapa, près de Hamilton en Nouvelle-Zélance, le 26 mars 2014.
Un camion-citerne transportant du lait à son arrivée à l'usine Fonterra à Te Rapa, près de Hamilton en Nouvelle-Zélance, le 26 mars 2014. REUTERS/Nigel Marple

Fonterra, la grande coopérative laitière de Nouvelle-Zélande, voit ses bénéfices plonger. Pourtant, elle n'a jamais autant vendu de poudre de lait en Chine.

Publicité

Le géant du lait Fonterra est victime de son succès en Chine ! La grande coopérative laitière néo-zélandaise, qui a donné un élan formidable à l'économie de l'île australe grâce à ses exportations toujours plus importantes de lait en Chine, a pourtant vu ses bénéfices plonger au cours des six derniers mois. Les profits ont été divisés par deux. Incompréhensible en apparence, le phénomène s'explique par l'envolée des coûts de l'entreprise. Les achats de lait auprès des 10 000 éleveurs de la coopérative coûtent de plus en plus cher à Fonterra, ce prix étant tiré par la demande insatiable des Chinois. Les consommateurs en Chine sont plus rassurés par la poudre de lait pour bébé néo-zélandaise que par la poudre de lait chinoise, six ans après le scandale du lait empoisonné à la mélamine.

Fonterra produisant un tiers du lait du marché international, le très bon prix qu'elle paie ses fermiers a d'ailleurs profité aux éleveurs européens, à l'autre bout du monde. Mais Fonterra n'a pas pu augmenter dans les mêmes proportions les prix de ses produits laitiers, en particulier le fromage. Les marges confortables, c'est sur la poudre de lait infantile que le géant néo-zélandais les réalise. Or l'entreprise a beau avoir multiplié par deux la production de ce véritable or blanc en dix ans, ce n'est pas suffisant. Pour augmenter rapidement la capacité de ses usines, la coopérative prévoit de doubler ses investissements au cours des quatre prochaines années. Fonterra prévoit aussi de produire du lait en Chine, un milliard de litres par an dans ses propres fermes d'ici 2020. Sur le territoire néo-zélandais, elle en produit déjà 18 milliards de litres par an, plus de 100 fois plus que toute l'Europe des 28.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.