Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Fragilisés, les géants du négoce et du sucre font alliance

Audio 01:44
Un sac de sucre.
Un sac de sucre. Getty Images/Anthony Masterson

Le géant américain du négoce Cargill s'allie au Brésilien Copersucar, le numéro un mondial du sucre.

Publicité

Quand deux géants blessés se soutiennent mutuellement... C'est un peu ce qui est à l'oeuvre entre Cargill, le champion américain des matières premières, et Copersucar, le géant brésilien du sucre. Cargill et Copersucar viennent d'annoncer qu'ils formaient une co-entreprise du sucre qui sera basée à Genève, de quoi leur permettre de dominer le marché mondial de l'édulcorant. Cargill fut déjà le leader du commerce du sucre autrefois. C'était avant l'arrivée d'une floppée de nouveaux acteurs, dont Wilmar, Olam et plus récemment même Toyota, détaille Alexandre Valenza-Troubat de Marex Commodities.

Depuis 2011 ce négoce est encore moins juteux pour chacun des acteurs, car il y a une surproduction mondiale de sucre : en quatre ans les cours ont fortement chuté et les marges du sucre fondent. Cargill en a souffert, comme il a souffert également du marasme du marché mondial du charbon et du gaz en Europe, divisions dont Cargill se sépare. Mais dans le sucre, Cargill adopte une autre stratégie : se rattraper sur les volumes. Disposant déjà d'une puissante logistique sur la planète entière, le géant américain s'allie au premier producteur de sucre au Brésil, Copersucar, 10 % du sucre mondial, avec également des antennes de vente sur tous les continents.

Mais c'est sûrement Copersucar qui est le plus heureux de ce mariage : endetté, avec des coûts de production du sucre qui ne cessent d'augmenter et qui sont à peine couverts par les prix de vente désormais, le producteur brésilien a en outre vu ses entrepôts flamber au port de Santos en octobre dernier, ce qui a amputé de 40 % ses capacités d'exportation. Copersucar aurait à l'époque fait appel aux infrastructures portuaires de Cargill au Brésil, ce qui aurait facilité le rapprochement entre les deux entreprises. L'éthanol, produit à base de sucre au Brésil mais davantage raccroché à la filière pétrolière, est exclu de la co-entreprise sucrière.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.