Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

En Afrique, Facebook lâche les drones

Audio 02:02
REUTERS/Dado Ruvic

L’Afrique représente potentiellement un milliard d’internautes. Comment les connecter tous à la Toile ? Après Google qui expérimente des ballons Wi-Fi lâchés en haute altitude, le réseau social Facebook lâche ses drones en déployant des avions à énergie solaire pour offrir prochainement un accès internet à tout le continent.

Publicité

Les drones sont-ils les bornes Wi-Fi de demain ? Certainement, si l’on en croit les dernières déclarations de Mark Zuckerberg pour qui un internet universel doit forcément descendre du ciel. Le PDG-fondateur de Facebook vient d’annoncer le lancement du « Connectivity Lab », un « Laboratoire de la connectivité » qui devra tester toutes sortes de technologies permettant de relier les pays émergents à la Toile.
L’une des solutions imaginée, est l’emploi d’une flottille de drones aériens fonctionnant à l’énergie solaire, des avions de grande autonomie capables de voler pendant plusieurs mois à une altitude de 20 000 mètres. Ces appareils serviront de relais de connexion entre une constellation de satellites géostationnaires, les bornes de transmission au sol et les utilisateurs. Dans l’espace, la liaison entre les satellites s’effectuera à l’aide de rayons lasers où transiteront sous la forme d’impulsions lumineuses toutes les données du web.

Le « Labo de la connectivité » est une émanation du projet Internet.org, initié par Facebook, qui regroupe des firmes majeures de la high-tech mondiale. L’objectif de l’association est de connecter les deux tiers de la planète qui n’ont pas encore internet. Son initiative s’articule en trois phases menées conjointement : développer des terminaux mobiles, smartphones ou tablettes à bas coûts, optimiser les transmissions de données numériques afin de réduire l’impact financier du déploiement des infrastructures télécoms, et enfin localiser les systèmes informatiques, logiciels et services internet, en les adaptant au plus grand nombre de langues possibles, pour en faciliter l’usage.

Le « Laboratoire de connectivité » est composé de chercheurs et d’ingénieurs de la firme Ascenta qui conçoit déjà des drones volants très perfectionnés, et des experts du célèbre Jet Propulsion Laboratory de la Nasa, l’Agence spatiale américaine.
Rappelons que Google suit la même voie aérienne pour résoudre le problème d’un accès équitable à internet dans le Monde, en expérimentant en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est des connexions Wi-Fi à l’aide de ballons dirigeables navigant en haute altitude.

Proposer un accès universel au réseau, c’est bien ! Un regret cependant, que les géants du Net mettent en commun tous leurs projets, au lieu de se livrer sans cesse à une compétition féroce afin d’offrir rapidement aux 2,7 milliards d’individus privés des bienfaits de la Toile, en Afrique ou ailleurs, ce web tombé du ciel.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.