Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

L'Indonésie veut importer plus de cacao africain

Audio 01:43
Récolte de cacao à Bali, en Indonésie.
Récolte de cacao à Bali, en Indonésie. Getty Images

Pour transformer toujours plus de cacao, l'Indonésie envisage de faciliter les importations de fèves africaines. Ce qui n'est pas du goût des producteurs indonésiens de cacao.

Publicité

L'Indonésie veut encourager les importations de cacao africain, ce qui effraie les planteurs indonésiens. L'Indonésie produit du cacao, elle est même le troisième producteur mondial derrière la Côte d'Ivoire et le Ghana. Mais cette production décline, la récolte indonésienne 2014 pourrait même être la pire de la décennie en tonnage.

À l'inverse, l'industrie de transformation du cacao s'est beaucoup développée en Indonésie, aux portes du gigantesque marché asiatique -et particulièrement chinois, de plus en plus friand de chocolat sous toutes ses formes. Les usines indonésiennes de broyage et de première transformation peuvent désormais accueillir 600 000 tonnes de fèves, quand les agriculteurs indonésiens n'en produiront probablement pas plus de 420 000 tonnes cette année.

Importer de plus en plus de fèves de l'étranger, et donc d'Afrique, qui fournit les deux tiers du cacao mondial, c'est le souhait des géants du cacao comme Cargill et Barry Callebaut. Ces multinationales encouragent les autorités de Djakarta à supprimer la taxe de 5% sur les fèves importées, ce qui rendrait leurs matières premières achetées à l'étranger moins onéreuses. L'Indonésie souhaite aussi soutenir l'industrie de transformation locale.

Mais les paysans indonésiens, eux, craignent de voir fondre leurs revenus. Leurs fèves sont déjà payées moins chères que les fèves africaines, qui arrivent déjà fermentées et sont de meilleure qualité. Si la taxe de 5% disparaît, ils ne pourront plus concurrencer le cacao importé d'Afrique. La mesure est forcément impopulaire auprès des paysans indonésiens : elle ne devrait donc pas être prise avant les prochaines élections de juillet. À plus long terme, cette décision pourrait aggraver le déficit mondial de cacao en détournant les planteurs indonésiens de cette culture. Une évolution qui s'est déjà produite dans le pays voisin, la Malaisie, autre haut-lieu de la transformation du cacao. Mais où l'on ne produit quasiment plus de fèves.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.