Nouvelles technologies

Un clone de la tombe de Toutankhamon

Audio 02:05
Une équipe d'archéologues égyptiens ouvre  à Louxor le sarcophage en or de Toutankhamon pour le scanner.
Une équipe d'archéologues égyptiens ouvre à Louxor le sarcophage en or de Toutankhamon pour le scanner. AFP/ Ho / Mena

Toutankhamon vient de ressusciter... ou plutôt son tombeau. La réplique du site archéologique, qui vient d’être dévoilée au public a été réalisé grâce à un scanner 3D spécialement développé pour numériser tous les détails de la tombe, une copie parfaite qui permettra aux visiteurs de redécouvrir la dernière demeure du pharaon, tout en préservant le véritable site de toute présence humaine.

Publicité

La technologie des scanners 3D a déjà été employée pour sauver la grotte de Lascaux en Dordogne. En Égypte, la tombe du célèbre pharaon Toutankhamon, exhumée en 1922 par l’archéologue anglais Howard Carter, montrait depuis des décennies des signes inquiétants de détérioration. En cause, les touristes qui en mal d’aventures, telles des hordes d’« Indiana Jones » ou de « Lara Croft », polluent et dégradent les sites anciens. Des visites incessantes qui condamnent aux ténèbres de l’oubli, au détriment des générations futures, les plus beaux trésors du patrimoine mondial de l’humanité.

La seule solution est de réaliser les copies parfaites des monuments de l’Égypte antique, la réplique conforme de la tombe la plus célèbre de la Vallée des rois vient d’être inaugurée, la nouvelle sépulture de Toutankhamon se situe à proximité de la maison de son découvreur, à moins d’un kilomètre du site réel. La réalisation du fac-similé a été effectuée par l’entreprise Factum Arte, spécialisée dans la copie d’ouvrages d’art, a qui l’on doit, entre autres, les dupliques des fresques du Caravage, de Léonard de Vinci, de Véronèse et une maquette en marbre du Taj Mahal. Le travail de duplication a débuté en 2009, les spécialistes ont d’abord relevé à l’aide d’un scanner laser 3D, spécialement conçu pour l’occasion, le relief des parois et du sarcophage. Ils ont photographié ensuite les fresques et échantillonnent les couleurs des peintures, avec des appareils de très haute définition.

Dans les laboratoires de Factum Arte, les données recueillies, ont permis aux techniciens de fabriquer la copie du tombeau, composée de centaines de panneaux en polyuréthanne à haute densité. Enfin, de retour en Égypte, les pièces de ce puzzle géant, ont été assemblées pour reconstituer les quatre parois de la chambre mortuaire. Le tombeau de Sethi 1er et celui de Néfertari, actuellement fermés au public, seront eux aussi dupliqués de la même manière, et accompagneront Toutankhamon dans son sommeil éternel. Ainsi grâce aux copies de leur tombeau, et sans leur demander audience, nous pourrons toujours les visiter, cette fois, sans craindre de les déranger.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail