Accents d'Europe

Le centenaire 1914 en ordre dispersé

Audio 19:32
Andrićgrad, le village à la gloire du peuple serbe construit par le cinéaste Emir Kusturica en Bosnie-Herzégovine.
Andrićgrad, le village à la gloire du peuple serbe construit par le cinéaste Emir Kusturica en Bosnie-Herzégovine. © Laurent Geslin

Les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, débutent un peu partout en Europe. Avec quelques initiatives qui font grincer des dents. Le 28 juin 2014, partout sur le continent, on se souviendra du début du conflit, avec l’assassinat à Sarajevo de l’archiduc François Ferdinand par le Serbe Gavrilo Princip. Mais, en Serbie, on célébrera surtout l’héroïsme de ce nationaliste. C’est, en tout cas, ce que souhaite faire le cinéaste Emir Kusturica, qui a lancé la construction d’une ville nouvelle, Andrićgrad, dans l’Est de la Bosnie-Herzégovine. Un projet pharaonique, décrié pour son aspect kitsch et ses valeurs nationalistes.

Publicité

Plus de sept millions d’Espagnols l’ont plébiscité. Ocho apellidos vascos, huit noms basques est un film plein d’humour, sur le fossé qui sépare les Basques et les Sévillans, sur le terrorisme aussi et le séparatisme.

Pas facile de se définir… Et le constat est encore plus vrai pour un pays. Le premier ministre britannique en a fait l’expérience. En déclarant que le Royaume-Uni était un pays chrétien, il a déclenché un tollé. Oubliant qu’en ce début du XXIème siècle, son pays est d’abord multiculturel, et irritant les défenseurs de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Quelle est la place du religieux ou plutôt du spirituel dans la vie des Britanniques d’aujourd’hui?

L’ Europe a tenté d’harmoniser le permis de conduire européen, mais la durée d’apprentissage et le prix sont toujours du ressort des Etats. La France détient-elle le record du permis de conduire le plus cher d’Europe ? C’est la chronique de Daniel Vigneron du site myeurop.info

On terminera avec une soirée bien arrosée en Turquie. La mode est désormais au « Fasil » qui, a priori, n’est pas particulièrement festif, puisqu’à l’origine le Fasil est une suite de partition dans la musique ottomane classique. Mais qu’importe... la jeunesse en raffole.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail