Accents d'Europe

Les Danois votent populiste

Audio 19:33
Pia Kjærsgaard, l’ancienne présidente du parti. Très populaire, elle a contribué au succès du parti populiste.
Pia Kjærsgaard, l’ancienne présidente du parti. Très populaire, elle a contribué au succès du parti populiste. © Presseurop
Par : Catherine Rolland
22 mn

Le parti du peuple danois qui s’enracine dans le paysage politique du pays scandinave. Il serait même en tête des intentions de vote des élections européennes du 25 mai 2014, comme en France pour le FN. C’est en tout cas ce qui ressort d’un sondage qui leur attribue plus de 25% des voix, dans un pays traditionnellement mené par les sociaux démocrates et le parti libéral. Et ce succès, ce parti d’extrême-droite, le doit certainement en partie à la forte personnalité de ses leaders. Un reportage à Copenhague de Sung-Shim Courier.

Publicité

«Ce qu'ont en commun le gros enfant coréen et l'Union européenne ? Leur compréhension de la démocratie».
«Ce qu'ont en commun le gros enfant coréen et l'Union européenne ? Leur compréhension de la démocratie».

Et en Allemagne, c'est l'AFD, «Alternative pour l'Allemagne», qui va très certainement faire son entrée au Parlement européen. Ouvertement anti-euro et eurosceptique, ce parti a su en quelques mois s'imposer dans le paysage politique allemand. Depuis Berlin, les explications de Julien Mechaussie.  

 
La crise grecque a beaucoup occulté les difficultés d’autres pays européens…
Mais, le Portugal s’est retrouvé lui aussi dans une situation économique catastrophique. Le dérapage des comptes publics a été tel que le gouvernement a dû demander l’aide de la Troïka.
En contrepartie d’un plan de sauvetage de 78 milliards d’euros, Lisbonne a mis en place une cure d’austérité qui passe par une baisse des salaires du secteur public, une baisse du nombre de fonctionnaires, une augmentation des taxes et des coupes dans les pensions. Les retraités en paient le prix fort. Olivier Hanrion de la RTBF est parti à la rencontre de ces pensionnés portugais.

Le rédacteur en chef de Mladina, Grega Repovz
© RFI/Laurent Berthault



Chronique Médias : Le journal slovène Mladina, fondé en 1920, qui a traversé les époques et les régimes politiques, mais dont la ligne a souvent été constante : celle de l’opposition systématique au pouvoir. Laurent Berthault.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail