L'Épopée des musiques noires

Monty Alexander

Audio 26:31
Monty Alexander.
Monty Alexander. www.montyalexander.com

Très tôt considéré comme le digne héritier de Nat King Cole ou Ahmad Jamal, le pianiste Monty Alexander a pourtant toujours conservé la musicalité de sa terre natale. Ce valeureux jazzman est d'abord et surtout un enfant de la Jamaïque. Le Reggae coule dans ses veines depuis sa plus tendre enfance.

Publicité

© Brian McMillen

Il n'a que 17 ans lorsqu'il découvre les Etats-Unis. Sa virtuosité et la chaleur communicative de son swing aux accents des Caraïbes font mouche. Nous sommes au cœur des années 60, et les icônes du jazz recherchent justement de nouvelles sonorités. En quelques semaines, Monty Alexander devient la coqueluche du public américain, et côtoie Frank Sinatra, Tony Bennett, Ray Brown, Dizzy Gillespie, Sonny Rollins, Clark Terry, Quincy Jones ou Ray Brown. Il écoute, apprend de ses illustres parrains, et progressivement inscrit son nom dans « L'épopée des musiques noires ». 

Il sait combien le patrimoine de ses prédécesseurs impose le respect et l'humilité. Alors, il étudie, peaufine son art en analysant consciencieusement les enregistrements légués par ses aînés. Monty Alexander n'a jamais caché son admiration pour les figures légendaires du XXème siècle, mais sa révérence dépasse largement les limites du jazz. C'est toute la culture noire qui l'anime.

Il brille depuis un demi-siècle sur les scènes internationales grâce à cette façon très personnelle de combiner les rythmes chaloupés de Kingston et l'exigence jazz de l'héritage afro-américain. Cette couleur sonore née d'une double culture va identifier son jeu auprès de ses homologues, des critiques et du public, mais l'esprit d'ouverture de Monty Alexander lui interdit de se laisser enfermer dans une catégorie. Alors, pour échapper au formatage que lui impose l'industrie du disque, il tente des expériences, redessine perpétuellement les contours de son œuvre, et transmet en musique sa générosité et sa grandeur d'âme.
 

Monty Alexander reconnaît cependant volontiers avoir quelque peu négligé son image et sa carrière, il sait qu'il s'agit d'un aspect malheureusement essentiel à la survie d'un artiste. Trop modeste, il n'a jamais vraiment pris en compte les considérations mercantiles et a préféré privilégier les rencontres, les événements, sans arrière-pensée. Il exprime simplement depuis 50 ans son attachement à la force expressive du peuple noir.

Son dernier album en date « Harlem-Kingston Express - Vol 2 » (Motema Music) en est une belle illustration. Outre ses propres compositions, il revitalise les mélodies de Bob Marley, Jimmy Cliff, Marvin Gaye, et fait appel à quelques amis de longue date, George Benson, Ramsey Lewis, Joe Sample, pour célébrer son 70ème anniversaire !
 

Pour l'anecdote, Monty Alexander naquit le 6 juin 1944, le jour de débarquement en Normandie, où nous sommes allés le rencontrer dans le cadre de la 33ème édition du festival « Jazz sous les Pommiers » à Coutances, dans le nord-ouest de la France.

http://montyalexander.com/

http://www.jazzsouslespommiers.com/

© Imran/Blue Magic Productions/Catchcha Fyah

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail