Nouvelles technologies

La télé-irrigation du Niger

Audio 02:06

Au Niger, arroser ses champs manuellement est désormais dépassé ! L’informaticien Maman Abdou Kané a mis au point un système d'irrigation à distance, piloté par téléphone portable. Un dispositif simple et innovant qui va révolutionner les pratiques de l'agriculture, dans un pays durement frappé par des sécheresses à répétition.

Publicité

Dans ce pays du Sahel accablé de chaleur, l’un des plus pauvres au monde, 87% de la population vie du travail de la terre, et les agriculteurs n’ont pas les moyens d’accéder aux technologies modernes d’irrigations. Un problème sur lequel s’est penché l’ingénieur et informaticien Maman Abdou Kané, son innovation consiste à exploiter les ressources énergétiques naturelles fournies par le soleil en utilisant des panneaux photovoltaïques qui alimentent les moteurs électriques des pompes hydrauliques.

Le système comprend la distribution automatique de l’eau et son traitement par rayon ultra-violet pour la rendre potable. L’ensemble du dispositif se pilote à distance par mobiles, un mode de communication largement adopté par 80% de la population rurale au Niger. Grâce à un partenariat avec les opérateurs locaux, et moyennant 30 centimes d’euros par intervention, ce système ingénieux d’irrigation connecté offre aux paysans la possibilité d’arroser les champs ou d’abreuver leur bétail, à distance et automatiquement pour la durée de leur choix. Ils peuvent également consulter les bulletins météo ou les données hydrologiques de leur terrain directement sur leurs portables et ainsi déterminer la quantité d’eau dont ils ont besoin.

« Mon système permet aux agriculteurs ou aux maraîchers d’aller vendre leur production sur les marchés environnants, ou de défricher de nouvelles parcelles sans perdre du temps à arroser manuellement leurs cultures », estime Maman Abdou Kané, qui a créé sa société « Tech-innov » il y a cinq mois. Ses kits de « télé-irrigations » restent pour l’instant hors de prix pour les petits exploitants, que seuls les grands propriétaires terriens peuvent acquérir. L’entrepreneur recherche maintenant des partenaires financiers internationaux qui accorderont des microcrédits aux petits agriculteurs. L’objectif de l’inventeur est de proposer son système à d’autres pays, au Nigeria, au Burkina et au Mali dans un premier temps. Une innovation qui intéresse, de fait, tous les pays africains désirant développer une agriculture durable avec le souci de la gestion maîtrisée de l’eau, une ressource devenue précieuse et vitale sur tout le continent.  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail