Aujourd'hui l'économie

La réforme territoriale, une France en fusion

Audio 03:55
Le président François Hollande souhaite une grande réforme territoriale. Avec 36 000 communes, une centaine de départements et 22 régions, la France est aujourd'hui la championne européenne des collectivités territoriales.
Le président François Hollande souhaite une grande réforme territoriale. Avec 36 000 communes, une centaine de départements et 22 régions, la France est aujourd'hui la championne européenne des collectivités territoriales. REUTERS/Francois Lenoir

Le président François Hollande a mis la touche finale à la réforme territoriale. Les grandes lignes sont présentées demain à la presse. L'idée centrale est de simplifier le dispositif actuel, trop lourd et trop cher.

Publicité

Avec 36 000 communes, une centaine de départements et 22 régions, la France est aujourd'hui la championne européenne des collectivités territoriales. C'est le pays de l'Union qui compte le plus d'échelons intermédiaires. Un dispositif hérité de deux siècles de construction de l'Etat qui n'est plus en phase avec l'évolution récente de l'économie. Le département créé au moment de la Révolution n'est plus pertinent, il devrait être sacrifié dans ce vaste remodelage tandis que de grandes métropoles pourraient apparaître.

L'Italie qui avait créé il y a un siècle des provinces calquées sur le modèle français des départements a décidé récemment de supprimer cette entité désuète. Ces évolutions, complexes, douloureuses pour les élus comme pour les fonctionnaires départementaux, seront précédées par la fusion des régions. Leur nombre sera divisé par deux, ce matin le président devait faire les derniers arbitrages pour établir cette nouvelle carte de France des régions qu'on connaîtra dans les jours qui viennent.

L'argument financier est le plus souvent invoqué pour justifier cette révolution territoriale

André Vallini, le ministre chargé de la Réforme estime que 12 à 25 milliards d'euros d'économie seront réalisés chaque année à la faveur du redécoupage. C'est un gain considérable pour un Etat aux abois qui cherche par tous les moyens à limiter ses dépenses. C'est vrai qu'avec la décentralisation menée dans les années 1980, les budgets comme les effectifs ont considérablement enflé, avec une efficacité contestable, car beaucoup de champs d'action sont émiettés, des budgets saupoudrés à chaque niveau.

Mais faire disparaître un échelon ne signifie pas nécessairement que la mission qu'il exerce disparaît. C'est pourquoi les retombées en termes budgétaires sont très discutées. Certains experts estiment que les économies seront bien moindres et surtout tardives, elles seront effectives plusieurs années après l'entrée en vigueur de la réforme.

Avec moins de régions et des agglomérations mieux organisées, la France espère gagner en réactivité

La France s'adapte à la mondialisation qui s'est structurée ces dernières décennies autour des grandes villes. Avec des aéroports à proximité, un concentré de services à la disposition des entreprises, les grandes métropoles sont les nouveaux moteurs d'un développement ouvert sur l'international. Là encore l'Italie a une longueur d'avance sur la France puisque la réforme lancée par le précédent gouvernement prévoit 9 grands centres urbains.

Mais l'émergence de ces nouvelles métropoles françaises ne va pas de soi, car elles ont souvent prospéré en faisant fi du découpage administratif. Le Grand Lyon qui doit voir le jour début 2015 absorbe par exemple des compétences du département du Rhône, qui se retrouve du coup vidé d'une part substantielle de l'économie locale. Les compétences attribuées à chaque entité seront donc au moins aussi importantes que les nouveaux périmètres.


En bref dans l'actualité économique :

La réunion annuelle du transport aérien démarre aujourd'hui à Doha, dans la région du monde où les compagnies sont les plus prospères

Signe de ce dynamisme, la reprise d'Alitalia par Etihad, la compagnie d'Abou Dhabi est en discussion depuis plusieurs mois avec Rome, un accord semble imminent. Il implique l'effacement de la méga dette de l'entreprise transalpine. Reste à savoir comment la Commission va réagir à cette fusion, Etihad monterait à 48% dans le capital d'Alitalia, le maximum autorisé par Bruxelles.

Au Danemark, le chômage est retombé en avril à 5%

C'est un seuil important car c'est un niveau qu'il n'avait pas touché depuis juin 2009. Cette régression du chômage danois doit beaucoup à la flexi-sécurité, mais aussi à une baisse de la population active qui est en recul constant depuis 5 ans.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail