Accents d'Europe

L’intégration à l’écossaise

Audio 19:33
Le Premier ministre écossais Alex Salmond devant un millier de partisans réunis pour le dernier congrès de son Parti national écossais (SNP) avant le référendum du 18 septembre prochain. (Aberdeen, le 12 avril 2014).
Le Premier ministre écossais Alex Salmond devant un millier de partisans réunis pour le dernier congrès de son Parti national écossais (SNP) avant le référendum du 18 septembre prochain. (Aberdeen, le 12 avril 2014). Reuters/Russell Cheyne

Tout est encore possible, à quelques mois du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, le 18 septembre prochain. Le dernier scrutin européen a juste donné quelques frayeurs au SNP, le parti nationaliste écossais, qui conserve son titre de premier parti du pays, mais qui regarde d’un œil inquiet le score d’un tout nouveau venu, populiste et anti-immigration : le parti UKIP avec 10% des voix rafle un siège d’eurodéputé.Contrairement à ce que pourrait laisser croire son nom, le Scottish Nationalist Party n’est pas vraiment nationaliste. Ou en tout cas, pas nationaliste dans sa version étriquée. Les immigrés vivant en Ecosse sont les bienvenus, ils voteront d’ailleurs pour le référendum.

Publicité

En cas de victoire du oui, l’indépendance effective de l’Écosse aurait lieu en 2016.
En cas de victoire du oui, l’indépendance effective de l’Écosse aurait lieu en 2016. RFI/Assa Samaké

Et aussi:

Les grandes migrations d’été ont déjà commencé. En tout cas pour des milliers d’étudiants bulgares, c’est devenu un rite de passage. Grace au programme Work and Travel avec les Etats-Unis, ils peuvent partir plusieurs mois de l’autre côté de l’Atlantique. Le but, découvrir l’Amérique mais aussi mettre de l’argent de côté.

Et s’il est une ville dont toute l’histoire parle de métissage, c’est bien la ville de Thessalonique dans le Nord de la Grèce. On y trouve une des plus anciennes mosquées de la ville, aujourd’hui devenue musée. Une mosquée très singulière puisqu’elle accueillait les juifs convertis à l’Islam.

Les Britanniques, non soyons précis, les Londoniens ont une nouvelle télévision. «London Live», émet depuis un peu plus d’un mois et comme son nom l’indique, c’est une télé locale qui ne parle que de la capitale. Elle a été lancée par le milliardaire russe Eugene Lebedev (Evgeny Lebedev, voir photo ci-dessus), qui possède déjà le quotidien local gratuit «The Evening Standard», et le quotidien national «The Independent».

L’Université de Stockholm vient de produire une maquette au 20/millionième du système solaire, réduit à l’échelle de la ville de Stockholm. Une manière ludique et très pédagogique de se rendre compte des distances entre le soleil et les planètes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail