Chronique des matières premières

Le marché du platine ébranlé par les grèves en Afrique du Sud

Audio 01:44
Les mineurs de la mine de platine de Marikana se déclarent présents avant de reprendre leur travail, le 25 juin 2014.
Les mineurs de la mine de platine de Marikana se déclarent présents avant de reprendre leur travail, le 25 juin 2014. REUTERS/Skyler Reid

152 jours de grèves dans les mines sud-africaines ont bouleversé le marché du platine et du palladium et l'impact sur les prix est encore à venir.

Publicité

Le marchés du platine et du palladium sortent groggy de 151 jours de grève, la plus longue de l'histoire sud-africaine. L'Afrique du Sud fournit 70 % du platine mondial et 40% du palladium. Les grèves ont donc eu un impact considérable sur l'offre de ces deux métaux précieux, majoritairement utilisés aujourd'hui dans les pots d'échappement des automobiles, pour diminuer les émissions polluantes. L'interruption du travail dans la moitié des mines sud-africaines de platine aurait amputé de 20% la production mondiale. Les opérations mettront plusieurs mois avant de retrouver leur rythme antérieur, le déficit de platine pourrait se monter à près de 40 tonnes cette année, le plus important depuis 40 ans.

De façon surprenante, les prix du platine n'ont pas connu l'envolée correspondante à ces pertes de production. Les cours n'ont finalement gagné que 6 % (avec un pic de 1490 dollars l'once le mois dernier). Les groupes miniers avaient pris les devants, en constituant, lorsque le platine était surabondant sur le marché, des stocks de concentré de platine et de platine raffiné suffisants pour fournir leurs clients. Des clients qui sont les fabricants de catalyseurs de voitures diesel, en Europe, où la construction automobile s'est un peu reprise sans être vraiment vrombissante. C'est à moyen et long terme que les prix du platine devraient grimper : reconstituer les stocks sera long et les groupes miniers envisagent déjà de fermer les mines souterraines qui emploient beaucoup de mineurs, pour privilégier les mines automatisées à ciel ouvert.

Pour le palladium en revanche, la hausse des prix a été spectaculaire, +16 %, les cours ont atteint leur record de 13 ans (864,60 dollars au début du mois). La chute de la production sud-africaine s'est ajoutée à l'épuisement des stocks russes de palladium. Un métal qui connaît une demande beaucoup plus forte pour les catalyseurs des voitures à essence, dont la construction bondit aux Etats-Unis et surtout en Chine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail