Accéder au contenu principal
Religions du monde

2. Spéciale commémoration du centenaire de la Guerre 1914-18

Audio 26:31
Photographies de 'Poilus' lors de la bataille de Verdun (Octobre 1916).
Photographies de 'Poilus' lors de la bataille de Verdun (Octobre 1916). © Photographies par les soldats Gilbert et Louault.
Par : Geneviève Delrue
29 mn

Aumôniers catholiques, pasteurs et rabbins se retrouvèrent côte à côte sur le front pour porter secours aux blessés et accompagner les mourants. A l’occasion des célébrations de la Guerre de 14-18, Religions du monde revient sur l’engagement de ces hommes qui voulurent partager le sort des soldats.

Publicité

- Mgr Luc Ravel, évêque aux Armées s’exprime sur le sens des commémorations de la Grande Guerre
- Paul Netter, arrière-petit-fils du Grand Rabbin de Lyon Abraham Bloch, mort le 29 août 1914 sur le front des Vosges. Aumônier israélite et infirmier-brancardier volontaire, Abraham Bloch est tué par un éclat d’obus en portant un crucifix à un soldat catholique mourant qui l’avait pris pour un prêtre. L’histoire du Grand rabbin devint un symbole du patriotisme et de l’Union sacrée. Le peintre Luc Levy-Dhurmer immortalisera le geste en 1917 dans un tableau « La mort du rabbin ». Paul Netter signe la première biographie de son arrière-grand-père : « Un Grand rabbin dans la Grande Guerre ».
- Ysabel Saïah-Baudis à propos de la réédition chez Orients/ Klincksieck de la version complète de « La vie de Mohammed, prophète d’Allah ». En 1918, le ministère aux Armées répond à la demande insistante du grand peintre orientaliste français Etienne Dinet de raconter la vie du prophète afin de rendre hommage aux soldats musulmans morts pour la France. Etienne Dinet (1861-1929) qui a vécu et peint une partie de sa vie en Algérie s’était converti à l’islam. Baignées dans la lumière de l’Orient, ses peintures expriment la ferveur des musulmans.
La préface, signée Ysabel Saïah-Baudis et Dominique Baudis, relate comment dès 1913 l’artiste se meut en diplomate alors que la guerre gronde et que la Turquie rejoint, à l’automne 1914, la coalition formée autour de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie.

 


 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.