Reportage international

L'avortement toujours interdit au Chili

Audio 02:29
Le gouvernement chilien a décidé de reporter la discussion de la loi sur l'avortement au Congrès d'ici à la fin de l'année 2014. Entre 70 000 et 90 000 avortements clandestins seraient pratiqués tous les ans.
Le gouvernement chilien a décidé de reporter la discussion de la loi sur l'avortement au Congrès d'ici à la fin de l'année 2014. Entre 70 000 et 90 000 avortements clandestins seraient pratiqués tous les ans. Getty Images/Christian Martínez Kempin

Au Chili, l'avortement est toujours interdit comme dans seulement 6 autres pays dans le monde. L'avortement dit thérapeutique - pour des raisons médicales - était pourtant légal dès 1931. En 1989, juste avant de quitter le pouvoir, le dictateur Augusto Pinochet a abrogé cette loi. Michelle Bachelet avait inclus dans son programme la dépénalisation de l'avortement thérapeutique. Mais aujourd'hui, à 5 mois et demi de son investiture, cette promesse de campagne semble n'être qu'un vœu pieux. Les femmes qui avortent risquent toujours jusqu'à 5 ans de prison, les médecins 3 ans. Les journaux se font parfois l'écho d'une jeune fille au pronostic vital engagé, après un avortement-maison qui s'est mal passé. Le mois dernier, les Nations unies ont recommandé au Chili de dépénaliser l'avortement aussi en cas de viol et d'inceste. Mais aujourd'hui, ce projet de loi semble loin d'aboutir.