Accéder au contenu principal
Aujourd'hui l'économie

Déficit, la France au pied du mur

Audio 03:45
Le ministre des Finances Michel Sapin, à la sortie du Conseil des Ministres, le 10 septembre 2014.
Le ministre des Finances Michel Sapin, à la sortie du Conseil des Ministres, le 10 septembre 2014. REUTERS/Philippe Wojazer

La France n'arrive toujours pas à maîtriser ses déficits publics. C'est ce qu'a reconnu mercredi 10 septembre le ministre des Finances Michel Sapin. On se demande maintenant comment Paris compte s'y prendre pour respecter son engagement européen.

Publicité

Pour faire rentrer de l'argent dans les caisses de l’État, il faut de la croissance, or il n'y a pas de croissance en France depuis trois ans. et ça ne va pas s'arranger l'année prochaine, a reconnu ce mercredi Michel Sapin. C'est le principal mérite de son opération vérité. Le gouvernement français avoue enfin que l'hypothèse, la croyance, sur laquelle repose la maîtrise des comptes publics depuis l'élection de François Hollande est définitivement caduque. Le déficit qui était en voie de résorption explose cette année, l'engagement de la France, un déficit en dessous de 3% du PIB est une nouvelle fois remis à plus tard, à 2017, si tout va bien. Michel Sapin retrouve ce vendredi à Milan ses collègues européens pour leur réunion de rentrée. Il devra sans doute les rassurer et leur expliquer comment Paris va honorer sa promesse. Avec l'Allemagne, la France présentera demain un plan d'investissement pour ranimer la croissance en Europe, c'est bien vis-à-vis de l'opinion, mais les effets ne seront pas sensibles avant longtemps et la France ne peut pas attendre, c'est maintenant qu'elle doit soumettre au Parlement comme à la Commission son projet de budget pour 2015, mais aussi ses prévisions pour 2015-2017. Et le suspense reste entier sur les 50 milliards d'économies promises par la France.

Pour le moment, la France a augmenté les prélèvements mais elle n'a toujours pas taillé dans ses dépenses

Et c'est précisément ce qui la discrédite. C'est à peu près le seul pays européen à dépenser toujours plus. L'Italie est aussi dans ce cas, mais au moins son déficit est contenu. Les premiers efforts annoncés par Paris pour se serrer la ceinture, les 21 milliards d'économies trouvés pour 2015 ont été brièvement remis en cause par Michel Sapin à cause de l'inflation trop basse. Il a fait machine arrière sous la pression de l’Élysée. Et maintenant tout le monde s'interroge: où donc va-t-il trouver les poches d'économies ? Pas sur le dos des fonctionnaires, a-t-il assuré ce matin. Pour ne pas mécontenter ceux qui subissent un gel du point d'indice depuis plusieurs années. Mais aussi pour donner des chances à la consommation des ménages. Car la demande c'est l'un des leviers de la croissance. C'est pourquoi Michel Sapin ne reviendra pas non plus sur les baisses d'impôts promises pour 2015. C'est sans doute dans les prestations de la sécurité sociale que les économies seront réalisées. Mais, à plus long terme, il faudra donner d'autres gages à la Commission pour 2015-2017. Des réformes structurelles. Un infléchissement net de la hausse des dépenses. C'est ce qu'attend Bruxelles, le FMI, C'est ce que Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France appelle le « sursaut ». Et c'est là-dessus que la Commission jugera.

Dans cette Commission, Paris dispose maintenant d'un allié naturel, avec l'arrivée aux Affaires économiques de Pierre Moscovici

C'est effectivement un avantage, mais il faut regarder la composition de l'ensemble de la Commission. Jean-Claude Juncker son nouveau président a créé un poste inédit, un vice-président chargé de l'euro, et il a nommé à ce poste un homme au profil austérien cher à Angela Merkel. Le Letton Valdis Dombrovskis a fait subir à son pays une cure d'austérité de cheval pour qu'il puisse entrer dans la zone euro. On ne sait pas s'il chaperonnera Pierre Moscovici, seule certitude, il est chargé de coordonner la surveillance des budgets nationaux. Il aura donc un œil très vigilant sur le dossier français.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.