Accents d'Europe

La campagne anti-Rom d’une ville hongroise

Audio 19:32
Une famille rom de Miskolc, en Hongrie, le 17 octobre 2012.
Une famille rom de Miskolc, en Hongrie, le 17 octobre 2012. REUTERS/Laszlo Balogh

La discrimination anti-rom a de beaux jours devant elle en Hongrie, si l’on en croit la campagne pour les prochaines élections municipales. A Miskolc, une ville de 170 000 habitants à deux heures de route de Budapest, la droite et l’extrême droite ont fait jeu égal lors de la dernière consultation électorale.Et le maire, du parti de droite nationaliste au pouvoir, fait donc de la surenchère. Il propose de raser les quartiers défavorisés ou logent les roms. Il les incite aussi à partir avec des primes. Et le thème de l’exclusion n’est pas l’apanage de la droite dans cette ville. A Miskolc, l’opposition socialiste fait campagne pour les élections du 12 octobre sur le thème « Miskolc aux Miskolciens ».

Publicité

La crise, le chômage ou des revenus en baisse. Athènes vivait ce week-end au rythme du festival « voir autrement », ou comment vivre mieux avec moins, comment récupérer, recycler et changer ses habitudes de consommation.

La capitale portugaise fait le plein de touristes : 10 pour cent de visiteurs en plus cet été à Lisbonne. Mais, ce sursaut de fréquentation n’a pas forcément profité aux hôteliers. Les particuliers sont de plus en plus nombreux à louer une chambre ou un appartement . Pour limiter les abus, la mairie a donc décidé de réglementer. Déclaration obligatoire sous peine d’amende, et ce commerce doit rester limité, à 9 chambres tout au plus, pour un particulier.

On cite toujours la Finlande comme LE modèle à suivre en matière d’éducation. Le pays arrive toujours en tête des classements internationaux, pour sa capacité à intégrer tous les élèves, même ceux en grande difficulté. Mais, un livre vient remettre en cause ce beau palmarès. « Ecole, réveille toi » est écrit par une institutrice Maarit Korhonen, et dénonce un système qui freine les plus doués.

C’est une belle petite arnaque qui a vu le jour en Bulgarie. Un site qui propose à ses clients de devenir Lord, baron ou baronne, d’Ecosse ou d’Angleterre pour quelques centaines d’euros… L’essentiel est d’y croire.
 


 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail