Accéder au contenu principal
Le coq chante

La mémoire de l’esclavage à Pointe-Noire en République du Congo

Audio 26:31
L’ancien palais du Mâ Loango Moe Poaty III, roi du royaume de Loango, aujourd’hui Musée régional des arts et des traditions Mâ Loango.
L’ancien palais du Mâ Loango Moe Poaty III, roi du royaume de Loango, aujourd’hui Musée régional des arts et des traditions Mâ Loango. © RFI/Sayouba Traoré
Par : Sayouba Traoré
31 mn

Une visite à travers deux étapes : le musée Mâ Loango dans le village de Diosso, à 25 kilomètres de la ville de Pointe-Noire ; et l’embarcadère des esclaves sur la façade atlantique. Il y a de l’histoire, de la sociologie, de l’ethnologie, et de la philosophie dans cette affaire. Bref du culturel. L’appellation complète de l’établissement c’est « Musée régional des arts et des traditions Mâ Loango ». Le corps de bâtiment est un ancien palais royal qu’habitait Mâ Loango Moe Poaty III, roi du royaume de Loango qui régna de 1931 jusqu’au 3 mai 1975. Son architecture rappelle celle d'un entrepôt de Loango où, du temps de l'esclavage, les captifs étaient entassés avant d'être vendus aux marchands européens. Car cette tragédie de la traite négrière est omniprésente ici. Vous voilà prévenus !

Publicité

Devant ce musée, nous sommes au cœur de la civilisation Loango. Même si le développement des infrastructures ferroviaire et portuaire a permis à Pointe-Noire de surclasser Loango, cette cité conserve la prééminence en matière culturelle et religieuse. Certains accords commerciaux des esclaves se traitaient à Diosso chez le Mâ Loango. Le port de Loango fut le carrefour de tous les esclaves qui venaient d'une partie du golfe de Guinée. Il a vu embarquer plus de 2 millions d’esclaves venus des zones qui constituent aujourd’hui le Tchad, l’Angola, le sud du Gabon et la République Démocratique du Congo et l’actuel territoire de la République du Congo. Une douloureuse histoire que le musée Ma Loango ne pouvait esquiver.

En images

Même les témoignages de la vie quotidienne du royaume témoignent de cette rencontre brutale entre deux civilisations. Comptant près de 316 pièces et documents, le Musée Mâ Loango mesure vingt mètres de long sur onze mètres de large. Il renferme deux salons, deux chambres, deux couloirs conduisant aux chambres et une petite salle de bain du roi. Le musée compte une dizaine de collections différentes.

Notre visite ne serait pas complète sans un détour par l’ancien embarcadère des esclaves, sur la façade maritime à l’écart des habitations de la cité de Loango. Cet ancien port d’embarquement des esclaves de Loango, surplombé par l’ancienne lagune Tchibete, est situé dans la sous-préfecture de Hinda dans le département du Kouilou. Ce site qui a coûté des millions de déportés, possède toujours tous les témoins de ce douloureux passé: le grand marché, les trois manguiers, l’arbre pour le rituel de l’oubli et celui pour le retour ainsi que le débarcadère en témoignent. Surtout, on remarque une stèle en mauvais état perdue dans les hautes herbes. 

Invités :
- Frédéric Pambou, expert en Patrimoine Culturel africain, président honoraire du centre d’études des civilisations Loango.
- Joseph Kimfoko Madoungou, conservateur du musée Mâ Loango de Diosso. 

Production : Sayouba Traoré
Réalisation : Ewa Moszynski

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.